Quotas : les radios privées tirent la sonnette d'alarme

Mardi 30 Juin 2015



Alors que l'Observatoire de la musique vient de remettre son rapport 2014 sur la diversité musicale dans le paysage radiophonique, les radios musicales privées (NRJ Group, Lagardère Active, RTL Group ainsi que les radios membres du SIRTI) expliquent que "l'équation est devenue impossible" et réclament moins de contraintes en matière de diffusion de chansons francophones



S’agissant de la production de nouveautés musicales, plus particulièrement de titres francophones, indispensables aux radios pour le respect de leurs obligations de diffusion de chansons francophones, l’Observatoire fait "le constat implacable de l’effondrement de l’offre".
Dans un communiqué commun, les radios privées évoquent aussi que "l’Observatoire relevait dans son pré-rapport que, selon les données du SNEP, seuls 242 albums francophones ont été commercialisés en 2014, contre 718 en 2003, ce qui représente une chute de -66,3% de la production de musique francophone en un peu plus de 10 ans. Cette indication n’est pas reprise dans le rapport définitif".
L'ensemble des nouveautés produites en France aurait chuté de -62,3% en un an. La situation des seuls titres francophones fait elle aussi apparaître une chute de -51,4% en un an.

Des revendications du SNEP jugées inacceptables

"Alors que la source de production francophone se tarit incontestablement au fil des années, les radios, sont quant à elles toujours soumises aux mêmes quotas de diffusion de chansons francophones, selon les fondements d’une loi de 1994, modifiée pour la dernière fois en 2000" notes les radios privées. Il n'empêche que "sur les 6 709 nouveautés francophones déclarées en 2014, les radios en ont programmé 5 506, soit plus de 82%".

Dans ce contexte, et face  au développement du streaming, "les attaques et revendications persistantes du SNEP visant à imposer toujours plus de contraintes en matière de diffusion de chansons francophones sont proprement inacceptables. L’urgence est à la préservation d’un paysage radiophonique dynamique et diversifié qui passe par un assouplissement des contraintes réglementaires disproportionnées qui pèsent aujourd’hui sur les radios privées" .


Frederic Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 08:39 Radio Jerico a besoin de 70 000 euros