Quotas : le SIRTI réclame "des évolutions pertinentes"

Vendredi 24 Janvier 2014



Le SIRTI indique avoir pris connaissance avec un vif intérêt du rapport du Conseil supérieur de l'audiovisuel sur "l'exposition des musiques actuelles par les radios musicales privées". Un rapport du CSA qui, selon le SIRTI, "ouvre la voie à des évolutions pertinentes".


Les quotas de chansons francophones à la radio, instaurés il y a 20 ans, sont chaque jour "moins adaptés aux enjeux de la création musicale comme à ceux des éditeurs de radio confrontés à la déferlante des services digitaux dérégulés" indique le SIRTI (Syndicat Interprofessionnel des Radios et Télévisions Indépendantes).
Partant du constat que "le monde de la musique s'est transformé, la production francophone s'est effondrée en France, les majors de la musique s'en sont largement retirés, les radios sont devenues plus thématiques", le SIRTI n'oublie pas pointer du doigt internet qui entraine "une véritable et inéluctable mutation de la relation à la culture, au divertissement, à l’information et à la musique des consommateurs (...). "Le média radio entre à son tour dans les turbulences digitales avec la désaffection croissante du jeune public né avec l'internet".

Les messages "alarmistes" des Musicales

Le SIRTI s’associe aux orientations posées par le CSA : "offrir des alternatives aux quotas uniformes et arithmétiques. Ainsi, seraient valorisés par convention l'engagement des radios indépendantes, au service de la diversité musicale, de thématiques rares et originales, des artistes français vivants, des artistes régionaux, de la scène, des festivals populaires, etc. Elles doivent permettre aux industries musicales et radiophoniques de négocier ensemble leur indispensable virage numérique".

Pour que ces propositions du CSA deviennent réalité législative, "encore faut-il éviter l'affrontement habituel de positions caricaturales, entre l'industrie musicale d'une part et les radios nationales appartenant aux groupes nationaux concentrés d'autre part". A ce titre, le SIRTI se démarque nettement de la campagne lancée par les réseaux musicaux, "qui diffusent des messages alarmistes pour faire avancer leurs attaques contre le principe même de la régulation – dans le domaine des quotas comme plus généralement".


Frederic Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 09:41 Arrêt des Ondes Longues de France Inter