Les radios de la FRAP en chiffres

Vendredi 6 Novembre 2015



Publiée le 16 octobre dernier, dans le cadre des Rencontres des Radios Associatives en Pays de la Loire avec la participation de la DRAC Pays de la Loire, voici une nouvelle et très intéressante étude de la FRAP. Il s'agit d'un état des lieux de la radio associative en Pays de la Loire. La FRAP fédère aujourd’hui 22 radios de catégorie A, locales, associatives et indépendantes.


Implantées sur l’ensemble de la région, ces 22 radios représentent la diversité du territoire et bénéficient du soutien des différentes collectivités territoriales. La tendance des antennes est au professionnalisme, à la réactivité et à la présence sur le pluri-média. Elles n’ont pas pour autant perdu leur identité de "radios libres ouvertes à tous", et fédèrent au sein de la FRAP, plus de 1 400 bénévoles.
La grande évolution mise en lumière par cette étude est l’augmentation régulière du nombre de permanents, qui atteint cette année son record avec 98 salariés (91 équivalents temps plein).

Seuls 35% des contrats sont subventionnés et les contrats à durée déterminée sont minoritaires (20% des contrats). Créées il y a une trentaine d’années, les radios associatives voient leurs équipes se pérenniser. En 2014, l’ancienneté moyenne des salariés est de 8 ans.

46 émetteurs pour couvrir la région

Les 22 radios du réseau de la FRAP réunissent 39 fréquences sur l’ensemble de la région Pays de la Loire. 46 émetteurs assurent cette diffusion, 42 appartiennent aux radios et 4 sont loués. En Loire Atlantique, 7 radios diffusent sur la Radio Numérique Terrestre (RNT).
En moyenne, les charges de diffusion s’élèvent à 7 462 € par radio, un chiffre qui a tendance à baisser comparé aux années 2008-2012. Pour les radios n’ayant qu’un émetteur, les charges de diffusion sont forcément moins élevées. Elles s’élèvent à 4 917 € par mois.
Enfin, en moyenne, une radio de la FRAP produit une cinquantaine d’émissions par semaine, ce qui correspond à plus de 1 000 émissions produites sur l’ensemble du réseau

On compte en 2014, sur l’ensemble des radios, 1 407 bénévoles, un chiffre légèrement en baisse depuis 2013. La médiane est de 57 bénévoles par radio (pour un maximum de 270 bénévoles et un minimum de 10)
On compte en 2014, sur l’ensemble des radios, 1 407 bénévoles, un chiffre légèrement en baisse depuis 2013. La médiane est de 57 bénévoles par radio (pour un maximum de 270 bénévoles et un minimum de 10)

A l’image de l’ensemble du secteur associatif, les radios de la FRAP sont de plus en plus professionnelles. Elles emploient 98 salariés (91 équivalent temps plein) sur des postes de direction, de technique, de journalisme, ou d’administration. Un chiffre en perpétuelle augmentation depuis la création de la FRAP, et en hausse de 17% comparé à 2013 (81 salarié / 64 équivalent temps plein).
A l’image de l’ensemble du secteur associatif, les radios de la FRAP sont de plus en plus professionnelles. Elles emploient 98 salariés (91 équivalent temps plein) sur des postes de direction, de technique, de journalisme, ou d’administration. Un chiffre en perpétuelle augmentation depuis la création de la FRAP, et en hausse de 17% comparé à 2013 (81 salarié / 64 équivalent temps plein).

Au sein des radios de la FRAP, 80% des contrats sont des CDI et les emplois non subventionnés sont majoritaires à 65%
Au sein des radios de la FRAP, 80% des contrats sont des CDI et les emplois non subventionnés sont majoritaires à 65%


Comme l’indique la moyenne d’âge des salariés de la FRAP, 37 ans en 2014, les radios associatives sont un très bon tremplin de début de carrière. Les salaires du monde associatif demeurent néanmoins inférieurs à ceux du secteur privé
Comme l’indique la moyenne d’âge des salariés de la FRAP, 37 ans en 2014, les radios associatives sont un très bon tremplin de début de carrière. Les salaires du monde associatif demeurent néanmoins inférieurs à ceux du secteur privé

La plage horaire privilégiée pour les émissions quotidiennes est celle comprise entre 17h et 20h. C’est aussi à cette heure, entre la vie professionnelle et le retour à la maison, que les bénévoles sont les plus disponibles
La plage horaire privilégiée pour les émissions quotidiennes est celle comprise entre 17h et 20h. C’est aussi à cette heure, entre la vie professionnelle et le retour à la maison, que les bénévoles sont les plus disponibles

La majorité de ces activités sont liées à l’événementiel : qu’il s’agisse pour les radios d’animer des plateaux radios lors d’événements locaux (14 radios), ou bien d’organiser leurs propres événements (concerts, conférences, etc.) pour 12 d’entre elles
La majorité de ces activités sont liées à l’événementiel : qu’il s’agisse pour les radios d’animer des plateaux radios lors d’événements locaux (14 radios), ou bien d’organiser leurs propres événements (concerts, conférences, etc.) pour 12 d’entre elles

Le produit total des radios de la frap s’élève à 2 993 457 € en 2014 (3 107 167 € en 2013). Les radios associatives fonctionnent grâce aux subventions publiques qui représentent 66 % de leurs ressources avec 1 970 896 €
Le produit total des radios de la frap s’élève à 2 993 457 € en 2014 (3 107 167 € en 2013). Les radios associatives fonctionnent grâce aux subventions publiques qui représentent 66 % de leurs ressources avec 1 970 896 €

Le premier financeur des radios de catégorie A est l’État via le Fonds de Soutien à l’Expression Radiophonique (FSER). Les radios de la FRAP ont reçu 1 067 652 € du FSER, soit une moyenne de 48 530 € par radio. Cette somme représente 36% du produit des radios
Le premier financeur des radios de catégorie A est l’État via le Fonds de Soutien à l’Expression Radiophonique (FSER). Les radios de la FRAP ont reçu 1 067 652 € du FSER, soit une moyenne de 48 530 € par radio. Cette somme représente 36% du produit des radios


Les salaires représentent la principale source de dépenses pour les radios associatives : 68% de leur budget à 2 037 369€. La masse salariale totale a augmenté de +26%, par rapport à 2013 (1 614 889 €) : il y a donc bien de nouveaux emplois créés et pas seulement un fractionnement du travail
Les salaires représentent la principale source de dépenses pour les radios associatives : 68% de leur budget à 2 037 369€. La masse salariale totale a augmenté de +26%, par rapport à 2013 (1 614 889 €) : il y a donc bien de nouveaux emplois créés et pas seulement un fractionnement du travail

L'étude complète est disponible ICI


Frederic Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 09:00 Euradionantes se développe en RNT