La Lettre Pro de la Radio & des Médias


Le régime de la pub à Radio France datait de 30 ans

Jeudi 7 Avril 2016



C'est aussi une des raisons de ce nouveau bouleversement du marché publicitaire à Radio France (le décret précédent datait de 1987). Ce nouveau décret, qui ne fait pas que des heureux chez les radios privées, et on le comprend aisément, modifie donc le cahier des missions et des charges de Radio France. Sur quelles bases s'appuie-t-il ?


L'objectif de l’ouverture à la publicité à de nouveaux annonceurs sur les antennes de Radio France est d'abord de permettre à l’entreprise de sécuriser le niveau des recettes publicitaires conformément à la trajectoire financière du COM : Radio France doit équilibrer ses comptes dans un contexte de stagnation du niveau de la ressource publique qui représente 90% de ses ressources. Même si la publicité ne représente que 6,5% du budget global 2014, toute baisse de l’activité publicitaire aurait donc pour répercussion d’augmenter le niveau des économies à réaliser.
 
En effet, l’essentiel des ressources publicitaires de Radio France (75%) est réalisé sur deux secteurs : les banques/assurances/mutuelles d’une part et le secteur  public et parapublic d’autre part. Or, en 5 ans, les investissements du secteur public et parapublic ont baissé de 5 M€. En permettant d’élargir le périmètre des annonceurs autorisés, l’ouverture à de nouveaux secteurs permettra de sécuriser le chiffre d’affaires issu de la publicité.

Garantir la sécurité juridique de l’activité publicitaire

Le cahier des charges de 1987 a donné lieu à des interprétations contradictoires sur la nature des annonceurs éligibles à la publicité sur les antennes de Radio France et à des plaintes déposées par les radios privées devant le tribunal de commerce de Paris pour concurrence déloyale. Cette incertitude a fait peser un risque important sur l’activité publicitaire de Radio France.

Diversifier et moderniser

L’ouverture de la publicité à de nouveaux secteurs conduira à une plus grande diversité des messages sur les antennes et donc à limiter la répétitivité de messages de même type, qui constitue une gêne pour les auditeurs. Par une plus grande diversité de messages diffusés, elle permettra également de moderniser l’image des antennes.
Moderniser ensuite. Le décret précédent datait de 1987. Depuis lors, le contexte économique a profondément évolué avec la généralisation des secteurs concurrentiels, la quasi suppression des monopoles publics et la baisse des participations de l’Etat dans les entreprises publiques.

Lire également ICI


Frederic Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 12:20 Le CSA adresse une mise en garde à RTL