Le SIRTI répond au Bureau de la Radio

Mercredi 26 Février 2014



"Le Bureau de la Radio manipule l’opinion et ment au législateur". Voilà pour l'entrée en matière. Pour le reste le SIRTI (Syndicat Interprofessionnel des Radios et des Télévisions Indépendantes) persiste et signe concernant la nouvelle méthode de calcul du plafond de concentration en radio, adoptée par le CSA le 11 décembre 2013.


Le dernier communiqué du Bureau de la Radio qui indiquait notamment vouloir "en finir avec les manipulations du SIRTI" (lire ICI) a vivement fait réagir le SIRTI pour qui "les craintes de voir un nouvel épisode de concentration s'engager sont fondées". Ainsi, le SIRTI en profite pour rappeler que "les groupes nationaux, représentés par le Bureau de la Radio, se partagent déjà 60% des fréquences FM du secteur privé contre à peine 15% pour les radios indépendantes, ceci malgré la Loi du 30 septembre 1986 modifiée qui dispose que "le conseil veille au juste équilibre entre les réseaux nationaux de radiodiffusion".


Le SIRTI redoute un nouveau "Yalta des fréquences"

Pour le SIRTI : "L'agressivité déployée par le Bureau de la Radio dans sa communication ne doit pas masquer sa tentative de manipulation de l’opinion et ses mensonges avérés au législateur".
Et de rappeler que : "les groupes nationaux ont bénéficié en 1997 d'un "Yalta des fréquences" qui a légalisé des rachats massifs d'opérateurs indépendants par ces groupes. Le fameux Communiqué 34 dont se gargarise le BLR n’est donc en fait qu’une ligne Maginot dont la mise en place le 29 août 1989, pourtant précisée le 30 avril 1992, s’est révélée totalement inopérante, notamment lors de la vaste opération de concentration de 1997".

Maintenir un secteur indépendant

Si le plafond de concentration est "l'outil essentiel qui a permis de maintenir un secteur radiophonique indépendant des grands groupes, viable sur le plan économique, capable de séduire les auditeurs et acteur indispensable de la diversité et du pluralisme", le SIRTI estime que la décision du CSA du 11 décembre 2013 visant à revoir ce mode de calcul du plafond de concentration est "une décision politique majeure. Or, seul le Parlement est en mesure de la prendre, car elle revient à casser le plafond de concentration en radio". CQFD.


Frederic Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 09:41 Arrêt des Ondes Longues de France Inter