Le SIRTI pour la RNT dans Les Echos

Lundi 21 Juillet 2014



Les dirigeants du SIRTI, syndicat interprofessionnel des radios et télévisions indépendantes qui réunit 150 radios et télévisions privées indépendantes, locales, régionales et thématiques, ont signé, vendredi dernier, une tribune dans Les Echos, intitulée "La Radio Numérique pour Tous (RNT) est déjà un succès !". Tribune que nous reproduisons in extenso.


Les dirigeants du SIRTI (de gauche à droite) : Mathieu Quétel, Tarek Mami et Philippe Gault, lors de "L'Appel du 17 juin"
Les dirigeants du SIRTI (de gauche à droite) : Mathieu Quétel, Tarek Mami et Philippe Gault, lors de "L'Appel du 17 juin"
La RNT, ce nouveau paysage radiophonique tant combattu par les groupes radiophoniques nationaux vient de marquer un point qui sera vraisemblablement décisif pour sa réussite. Elle a été effectivement lancée le 20 juin.
La relative indifférence d'un microcosme qui avait décidé qu'elle était condamnée avant même son démarrage et la résistance irresponsable de groupes nationaux arc boutés sur leur position dominante ne doivent pas nous tromper. Contre toute attente et face à d'incroyables résistances, 61 radios dont 13 nouveaux programmes inédits sur la bande FM sont désormais disponibles en RNT à Paris, Marseille et Nice.

61 radios dont 13 nouveaux programmes inédits sur la bande FM sont désormais disponibles en RNT à Paris, Marseille et Nice
61 radios dont 13 nouveaux programmes inédits sur la bande FM sont désormais disponibles en RNT à Paris, Marseille et Nice

Une nouvelle bande FM

La RNT est donc en passe de s'imposer comme la nouvelle FM. De nouveaux programmes, de nouveaux éditeurs, une qualité CD audio qui invite à redécouvrir le plaisir d'écouter la radio, bref une petite révolution, de qualité, accessible par tous, bientôt partout et gratuitement.
Il est surprenant que ce nouveau paysage soit supporté uniquement par des PME, radios indépendantes et des radios associatives sans soutien gouvernemental et contre les grands groupes recroquevillés sur leurs positions acquises. Pourtant, la RNT est la réponse pour une mutation apaisée vers le digital de la radio en maintenant son modèle économique. Notre industrie ne peut se résoudre à être demain entre les mains des FAI, des opérateurs telecom et des groupes américains, seules portes d'entrée sur l'IP.
Les radios nationales ont fait le choix de baisser les bras face à l'IP, leurs dirigeants ont fait le choix du court terme en préservant leurs positions dominantes dans la FM. Le 3 juillet ils organisaient une conférence de presse pour annoncer le futur lancement d'une application mobile regroupant leurs seules radios (avec le service public qui se commet dans cette démarche tout en étant absent de la RNT) qui sera distribuée, lorsqu'elle existera, via les mastodontes du net qu'ils prétendent ainsi... contourner !

Le CSA doit avoir le courage d'appliquer la loi

Le plus regrettable dans cette affaire c'est l'entente des décideurs de notre pays (exceptés les parlementaires et quelques conseillers visionnaires du CSA) pour bloquer la RNT et mettre ainsi en grand danger l'industrie radiophonique et la singularité européenne du paysage français en terme de pluralisme et de diversité.

Il faut saluer le courage et la détermination des PME de la radio et les radios associatives qui se battent depuis des années, soutenues par quelques-uns dont nous sommes, pour lancer le paysage radiophonique numérique radio de demain. Les programmes sont là, les récepteurs sont là (10% des véhicules neufs sont déjà équipés RNT et les récepteurs sont facilement disponible sur le net et dans les grands magasins spécialisés).

La prochaine étape pour que la RNT devienne vraiment la Radio Numérique pour Tous repose sur la volonté du régulateur : que le CSA publie un calendrier de déploiement national et lance de nouveaux appels aux candidatures.
Cette nouvelle étape ne tient qu'à une décision que doivent prendre les membres du CSA. Pour cela, il leur faut du courage, reconnaissons-le, mais c'est leur mission et leur responsabilité de résister aux conservatismes et tout simplement d'appliquer la loi, pour le média radiophonique et dans l'intérêt du public.

Philippe Gault, Président du Sirti
Tarek MAMI, Président de France Maghreb 2
Mathieu Quétel, Président de Sountsou


Frederic Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 11:10 Prix ON'R Brandy 2017 : c'est parti !

Vendredi 9 Décembre 2016 - 09:24 Live à Fip en direct de Marseille