Le CSA s'occupe du Pmux

Mardi 21 Juillet 2015



Dans le cadre de la contribution à l’UIT relative aux conséquences de la puissance multiplex sur la qualité sonore, l'Assemblée plénière du CSA a décidé que le Conseil allait transmettre à l’Agence nationale des fréquences (ANFR) une étude portant sur les conséquences de la puissance multiplex sur la qualité sonore, en vue d’une contribution auprès de l’Union internationale des télécommunications (UIT).



Cette étude met en avant une dégradation de la qualité sonore pour une puissance multiplex supérieure à 5dBr.
Le but est donc de limiter la puissance du son diffusé par les radios. Au-delà des limites qualifiées de normales, un son trop fort entraine une forte distorsion et une fatigue auditive rapide. Autre conséquences, une forte dégradation de la zone d'écoute, une fragilité du signal HF de toutes les radios environnantes (zones géographiques environnantes mais aussi sur la même zone géographique) en se fragilisant aussi elles mêmes par leur propre signal. (Merci à Philippe Chambon pour ses explications).


Serge Surpin
Journaliste spécialisé média, photographe et ancien Co-créateur de Satellifax. Gérant de SatMag.... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 09:22 "Concert Très Très Privé" sur RTL2