La Lettre Pro de la Radio & des Médias



La radio, c’est du sport

Mardi 27 Juin 2017



Ne pas évoquer ou ne pas traiter l’information sportive risque de vous condamner à demeurer encore longtemps sur le banc de touche. Car sur les stations régionales, couvrir l’actualité du club local permet aussi de marquer des points.



Demandez-vous d’abord si le sport correspond à une attente de vos auditeurs. Si vous faites le choix d’accorder une place non négligeable aux sports qui font l’actualité sur votre zone, cela sera toujours au détriment d’autres émissions ou d’un flux musical. L’activité sportive étant plus dense le week-end, vous devez comprendre qu’en cas de retransmissions sportives ou d’un magazine dédié, vous serez contraint abandonner certains créneaux qui, semblaient pourtant séduire vos auditeurs. Et dites "adieu" aux auditrices…


Si vous vous positionnez davantage sur un format généraliste que sur un format Top 40, cela devrait s’imbriquer correctement dans le ton de votre grille. Dans le cas contraire, on peut légitimement être parfois surpris de constater que des radios régionales Top 40 optent pour de longues retransmissions au détriment d’une bonne programmation musicale. Donc, la balle est dans votre camp.

Les yeux du journaliste deviennent les oreilles de l’auditeur

À la radio, les retransmissions de rencontres sportives ont toutes un défaut : elles sont longues et, sont donc parfois à l’image des matchs : ennuyeuses. Pour captiver l’auditeur, deux éléments sont fondamentaux : une qualité de signal irréprochable et un contenu fourni par le journaliste à très forte valeur ajoutée. Peu de journalistes peuvent d’ailleurs prétendre à partager en direct une rencontre sportive. Car il s’agit bien d’animation. C’est pourquoi, avant d’être journaliste sportif, celui qui sera en direct des tribunes d’un stade, devra d’abord être animateur. Il devra décrire, confirmer, expliquer et témoigner de ce qu’il se passe sur le terrain.
Votre journaliste possède un style c’est une des raisons pour laquelle il commente, en direct, les rencontres sportives. Plus que cela, votre journaliste aime le sport qu’il commente. Il est l’image du match : il joue collectif pour partager la rencontre, il est percutant dans ses propos, il utilise de nombreuses images et métaphores pour faciliter la compréhension, il parle fort et crie régulièrement. Il surjoue parfois la rencontre pour mieux la partager comme un supporter. Le commentaire sportif est un partage d’autant plus difficile que vous devez durant parfois plus de 90’ générer l’attention de l’auditeur qui, pour le coup, ne vous écoute davantage qu’il ne vous entend.

5 bonnes qualités du journaliste sportif

Une bonne connaissance du sport commenté (règles du jeu, profil des joueurs, enjeux…)
Une bonne préparation en amont des matchs (composition des équipes, état d’esprit, pression…)
Une bonne dose de répartie, de réactivité et une facilité à tenir en haleine les auditeurs
Une bonne rigueur dans les commentaires en se plaçant toujours au-dessus de la mêlée
une bonne adaptation aux différents terrains  et des faiblesses qu'il sait transformer en forces

Quand opter pour un multiplex ?

Un multiplex demande des moyens humains, techniques et financiers importants. Sur les stations locales, le multiplexe n’a que peu d’intérêt. Il est néanmoins intéressant d’opter pour cette formule lorsque, dans le cadre d’une coupe départementale ou régionale, on se rapproche progressivement de la finale. Un multiplexe a donc toutes les chances de séduire vos auditeurs à hauteur des quarts et des demi-finales pour suivre l’évolution simultanée des autres équipes susceptibles de rencontrer, au prochain tour, votre équipe locale.
Si vous n’avez pas les moyens de le mettre en place, trouvez un interlocuteur qui vous tiendra informé de l’évolution des scores des autres matchs qui se déroulent au même moment. Vous serez ainsi les premiers à annoncer qui sera opposé à qui au prochain tour...

Retransmettre oui ! Mais qui ?

Retransmettre un trente-deuxième de finale ne produit pas le même effet que retransmettre une finale. Choisir de couvrir un match à enjeu n’aura pas le même impact chez vos auditeurs qu’une rencontre entre deux clubs de quartier, aussi brillants soient-ils. Si votre station émet à Limoges, il faudra probablement et abondamment l’actualité liée au basket et, en particulier. À Brive, on parle rugby. À Lorient ou à Sochaux, on parle foot et à Cholet, on parle aussi basket. Ce sont des spécificités locales avec lesquelles vous devez composer. Notez aussi que si vous mobilisez 90’ sur votre antenne, mieux vaut privilégier la retransmission d’une rencontre qui catalyse les esprits (derby, match entre des équipes ennemies, petit Poucet contre une équipe professionnelle…) que de retransmettre la finale du championnat régional de tir à l’arc. Associez donc votre image à celle, porteuse, du club phare de votre zone et devenez-en sur votre antenne le confident, en créant un feuilleton de la vie du club, tout au long de la saison.

Donner des résultats

Les magazines d’actualités sportives sont systématiquement programmés le week-end. Et si vous faites le choix de miser sur les résultats des rencontres de votre territoire, le meilleur des moments pour les dévoiler à vos auditeurs se situe entre 17h et 19h, le dimanche soir. Avant, vous prenez le risque d’être sanctionné par un carton jaune, faute de ne disposer que de très peu de résultats. Au-delà de 20h, vos concurrents auront certainement déjà fait le travail et vous donnerez la preuve que vous manquez cruellement de réactivité.
Carton rouge, si vous déclinez les résultats sportifs le lundi matin : l’auditeur qui aime le sport aura déjà parcouru les pages sports de son quotidien local. Au mieux, vous pouvez revenir sur LA rencontre du week-end avec l’interview d’un des protagonistes. Rappelons-nous que décliner des résultats à l’antenne est un exercice particulièrement rébarbatif. Mettez-y les formes, le ton, variez les sports, et surtout tentez de les annoncer sans nonchalance et avec, parfois, un peu d’originalité. Enfin, rappelez régulièrement les résultats des principales rencontres et les conséquences sur les possibles montées et descentes en terminant par les prochains matches qui restent à jouer… C’est la plus-value. Ne tombez pas dans le piège qui consiste à alterner un résultat avec une musique. Si l’auditeur est venu jusqu’à vous, c’est d’abord pour prendre connaissance immédiatement des résultats pas pour écouter de la musique...

Ce qu’il faut retenir

- Optez pour 30’ de résultats ou 60’ si vous pensez disposer de suffisamment de matière
- Alternez les résultats dans leur déclinaison (foot puis rugby, foot puis volley, cyclisme puis rugby…)
- Répéter les résultats des rencontres à enjeu ou celles qui auront des conséquences
- Aérez par des directs avec des joueurs, des présidents de club ou de fédération
- Acceptez les questions d’auditeurs en direct par téléphone, par SMS et par mail
- Adjoignez-vous les analyses d’un ou de plusieurs consultants.
- Procédez systématiquement à une mise en ligne des résultats sur votre site internet

Nos 3 basiques pour collecter les résultats :

# 01 Confiez cette tâche hebdomadaire à un membre du staff de l’équipe concernée. Celui-ci devra vous appeler dès la fin de la rencontre. Donnez-lui un numéro de téléphone facilement accessible, faute de quoi, il n’insistera pas, surtout en cas de défaite de son équipe. Il n’est d’ailleurs pas surprenant qu’en cas de défaite, vos correspondants soient silencieux…

# 02 Mobilisez en studio des bénévoles qui collecteront les résultats. Prévoyez par exemple des feuilles de format A4. Une feuille pré-remplie est un gain de temps pour y noter rapidement des éléments indispensables : championnats, coupes, divisions, noms des équipes, score final, noms des butteurs, hommes du match, incidents durant la rencontre…

# 03 Mettez en place un partenariat solide avec le quotidien départemental. Offrez, par exemple, le parrainage de votre magazine au journal et comme l’union fait la force, échangez entre vous les résultats au moment venu. En plus des résultats, vous obtiendrez fort probablement des petites phrases qui feront office de premières réactions…

Ce qu’il ne faut pas faire

Ecouter la concurrence et procéder à un copier/coller
Dire à l’antenne que vous n’avez pas les résultats
Focaliser chaque semaine sur les mêmes sports


Frederic Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 26 Juillet 2017 - 09:21 Un nouveau site web pour le Salon de la Radio

Mercredi 26 Juillet 2017 - 09:00 Toute l'actualité radio dans votre poche