La consommation de la radio Online


Rédigé par le Mardi 15 Octobre 2013 à 15:20 | 0 Commentaire modifié le Mercredi 16 Octobre 2013 - 07:10


(Audio) Parmi les nombreux rendez-vous qui ont rythmé ce mardi les troisièmes Rencontres Radio 2.0, les professionnels de la radio ont été très attentifs au panorama de la consommation de la radio Online en France. Médiamétrie a dévoilé plusieurs chiffres dont quelques-uns inédits. Un focus qui a permis de constater que les habitudes des auditeurs évoluent. Des comportements sociétaux qui permettent, aussi et surtout, de mieux adapter les programmes afin de maintenir son audience.


La consommation de la radio Online
Rappelons que, chaque jour, plus de 43 millions d'auditeurs écoutent la radio. La durée d'écoute avoisine 3h par auditeur. Des auditeurs qui sont toujours plus nombreux et toujours plus assidus. 14 millions d'auditeurs sont, par exemple, à l'écoute de la radio, chaque matin, vers 8h (Pic Time). Rappelons aussi que 50 % du volume d'écoute de la radio se fait en dehors du domicile. Mais désormais, il faut aussi prendre en compte une autre porte d'entrée : les supports digitaux.

Chaque jour, la radio touche plus d'un individu sur 10 sur un support digital (11,4 % des 13 et +) et notamment grâce au téléphone portable équipé d'un récepteur FM (2,6 millions d'auditeurs). Plus de 10 % du volume d'écoute de la radio passe dorénavant par ces supports digitaux. En 3 ans, l'audience sur les supports digitaux a presque triplé avec une croissance remarquable chez les 13-19 ans.
Certes, le téléphone mobile reste en tête des supports les plus utilisés mais, plus les auditeurs sont âgés, plus le support évolue. Ainsi, l'ordinateur est davantage utilisé par les auditeurs âgés de plus de 35 ans.

Une consommation étalée de la radio Online

La courbe d'écoute de la radio via un téléphone mobile est aussi très parlante, elle est fragmentée et dépend de l'âge : le jeune mobinaute écoute la radio tôt le matin (dès 7h30) puis Médiamétrie enregistre un nouveau pic vers 9h puis un troisième vers 17h et enfin, un dernier durant la soirée, vers 21h. En matinée, l'ordinateur remplace le téléphone portable.
En moyenne sur un mois, la radio Online touche 38 % des internautes de 15 ans et plus. Le Live demeure prédominant (31 % d'auditeurs préfèrent le Live contre 16 % pour la Catch Up). Des habitudes qui ne doivent pas faire oublier que la radio doit donc rester un media "chaud", celui du direct, toujours très réactif avec l'auditeur.

La consommation de la radio Online

Qui se cachent derrière les supports digitaux ?

Sur internet, le public est plus jeune, plus masculin et plus parisien. Pour la Catch Up, les auditeurs sont encore plus âgés, représenté par davantage de CSP + (25-49 ans) car l'offre en Catch Up est plus restreinte que le Live.
La radio filmée, au sens large, séduit également les auditeurs : 1/3 des internautes déclarent avoir déjà regardé ces flux. Le profil est ici plus masculin, plus jeune, et compte davantage de CSP + avec une affinité très forte chez les moins de 25 ans. En effet, 47 % de ceux qui ont regardé une émission de radio filmée au cours du dernier mois, ont moins de 35 ans.

Enfin, si la Catch Up semble moins attirer l'auditeur que le Live, n'oublions pas qu'elle génère un volume très important. La Catch Up a aussi ses adeptes : 20 millions de podcasts téléchargés chaque mois en moyenne en France et 7 millions depuis l'étranger. Télécharger est-il écouter ? Oui, car le taux de conversion est élevé : 8 podcasts téléchargés sur 10 sont écoutés.

Si la radio demeure un Mass Media, son mode de consommation évolue. La radio Online n'est plus un épiphénomène. Avec des chiffres en augmentation, la radio Online affiche de belles promesses et pourrait s'avérer être, à très court terme, un vrai levier de croissance...

Ecoutez un extrait de la conférence

rr_20_mediametrie.mp3 RR_20_MEDIAMETRIE.mp3  (8.44 Mo)




16/10/2013 - 07:10
Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine "La Lettre Pro de la Radio" et le directeur des... En savoir plus sur cet auteur

Notez