La Journée Mondiale de la Radio à l'UNESCO

Mercredi 13 Février 2013



L'UNESCO organisait à Paris ce mercredi 13 février 2013 la Journée Mondiale de la Radio, l'occasion d'un regard plus mondial sur le média, sous l'angle des missions précises de l'organisme.


Irina Bokova, DG de l'Unesco, ouvrant la journée
Irina Bokova, DG de l'Unesco, ouvrant la journée

Hasard du calendrier, juste après la fin du Radio 2013, l'UNESCO organisait dans ses locaux parisiens la Journée Mondiale de la Radio. L'occasion de participer à d'autres débats et rencontres, autour du média sous l'angle des missions précises de l'organisation internationale. Outre les multiples radios internationales réalisant leurs émissions en direct sur place (RFI, BBC, Chine Internationale, Radio Monte-Carlo MO, Radio-Orient...), divers thèmes très disparates ont été abordés.


Présentation de Children's Radio Foundation
Présentation de Children's Radio Foundation

L'enfance tout d'abord avec la présence des représentants d'une webradio française, Radio VL, présentant la particularité d'être entièrement gérée par des vrais jeunes (contrairement, ont-ils tenu à préciser à certaines "radios FM à 3 lettres") et un peu audacieusement prétendue "premier média jeune" et surtout les représentants de la Children's Radio Fondation, ONG installée en Afrique du Sud et qui organise, entoure et supervise dans la région divers projets qui associent jeunes et radio. Furent abordées aussi les expériences françaises de radio hospitalière (Radio-Trousseau) et de radios installées dans des lieux recevant des adolescents handicapés mentaux et où les vertus pédagogiques et thérapeutiques du média sont vérifiées quotidiennement.  


La seconde table ronde, intitulée "Tués pour avoir fait leur métier", a accueilli notamment Rania Badri, journaliste syrienne, et Biniam Simon, journaliste érythréen. Tous deux ont dû s'exiler pour continuer leur mission d'information. Ils ont raconté les mille et unes vicissitudes rencontrées pour monter un réseau à l'extérieur de leur pays, continuer à s'exprimer via la toile, tout en se retrouvant perpétuellement hacké, piraté. Rania Badri, tout d'abord installée en Jordanie, a expliqué avoir dû partir encore plus loin, sa sécurité n'y étant pas assurée.


En écho à cette table ronde, plus tard dans l'après-midi, c'est Sylvie Coudray, de l'UNESCO, qui a détaillé le plan d'action des Nations-Unies pour la sécurité des journalistes.


Eclectisme toujours, le débat suivant touchait aux ondes courtes et à leur disparition progressive, déplorée par tous les participants (venus de Grande-Bretagne et de Russie, entre autres) malgré l'arrivée du DRM qui permet de les numériser.  


Enfin, et c'est sans doute la grande surprise de cette rencontre, Jacques Marzac nous a proposé une conférence passionnante sur un précurseur malheureusement passé dans les oubliettes de l'histoire. Albert Turain est en fait le premier à avoir réussi à faire passer un message via la Télégraphie sans fil et on a découvert dans cette conférence les multiples inventions de ce personnage atypique et, en rapport là encore avec les missions de l'Unesco, son engagement citoyen et sa capacité à mettre la science au service du citoyen.


Il fut donc question de thèmes très divers mais toujours autour d'une forme d'universalité d'un média dont la directrice générale de l'Unesco, Irina Bokova, avait rappelé en inaugurant cette journée la modernité et la proximité pour tous les auditeurs de la planète. Une journée dense et riche à laquelle on pourrait juste faire le reproche d'avoir été trop courte !


Remy Jounin
34 ans de radio, désormais formateur international, producteur de programmes locaux et professeur... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 11:48 Radio France partenaire historique du Téléthon

Samedi 3 Décembre 2016 - 09:39 Les radios se mobilisent pour le handicap