L'Instant M sur France Inter : "L'État doit-t-il choisir vos tubes radios ?"

Mardi 29 Septembre 2015



Ce matin dans L'Instant M sur France Inter, Sonia Devillers recevait Pascal Nègre, PDG d'Universal Music France et Tristan Jurgensen, DG de Fun Radio et de RTL 2 pour débattre autour des quotas de chansons françaises sur les radios. Des radios mises à l'index pour remplir leurs obligations en programmant "une poignée d’artistes tricolores, toujours les mêmes".



 

Depuis ce matin, les radios privées jouent la carte de la désobéissance pour protester contre les quotas de chansons d'expression française. Une protestation légitime pour Tristan Jurgensen qui a assuré, ce matin sur France Inter, que les radios respectent scrupuleusement les quotas depuis 21 ans. Des radios qui ont d'ailleurs très mal vécu les derniers propos de Fleur Pellerin. Ce n'est pas l'avis de Pascal Nègre : "cet été, il y a un tiers des grosses radios qui n'ont pas respecté les quotas français. Voilà... Simplement, le CSA ne bouge pas mais ça c'est une autre histoire".

Le PDG d'Unviversal Music en a donc profité pour dénoncer ce qu'il qualifie de "matraquage" : "Petit à petit, les radios se sont mises à passer de plus en plus les mêmes titres. La problématique que l'on a aujourd'hui est que si vous prenez une programmation mensuelle d'un réseau jeune, vous allez vous rendre compte que 10 chansons françaises représentent les 2/3 voire les 3/4 de l'ensemble de tous les passages. Globalement, il y a des titres qui vont passer jusqu'à 100 fois dans la semaine".




Frederic Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par ALMAIDA le 29/09/2015 15:28
Qu'on impose un quota de 40% je peux le comprendre et l'admettre pour les radios fm, mais 70 % là je ne suis pas du tout d'accord d'abord je ne suis pas sûr que c'est de cette manière , par le fait d'imposer des quotas que les problèmes vont se régler, bien au contraire les problèmes s'aggraveront ça poussera à passer du n'importe quoi, et c'est une grave entrave à la liberté mais aussi une ingérence dans la programmation de ces radios fm qui ont leur style. imposer un tel quota 70% de Chansons françaises alors que 40% me parait amplement suffisant et raisonnable, reviens à considérer la France comme le Centre du Monde, ce qui est complètement aberrant . Ensuite un tel taux aussi élevé pour la diffusion de la chanson française ne peut être tenu en diffusant des œuvres de qualités et de talents dans l'excellence sur une année entière, le niveau actuel de production par sa qualité et compte tenu du style de la radio n'est pas en mesure de fournir la quantité nécessaire pour ce dit taux de 70%, déjà avec 40% il est parfois si ce n'est souvent pas facile de respecter ce quota là, le niveau de qualité des productions françaises dans certains types de musiques n'est pas toujours ou voir très peu au rendez-vous. L'effort est surtout à fournir du côté des auteurs, producteurs, arrangeurs, des musiciens et chanteurs qui œuvrent dans cette chaîne de production musicale et qui ne font pas l'effort nécessaire pour s'adapter à la demande du public que l'on doit avant tout se préoccuper et respecter dans ses choix.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 11:48 Radio France partenaire historique du Téléthon

Samedi 3 Décembre 2016 - 09:39 Les radios se mobilisent pour le handicap