Jean-Eric Valli : "Les Indés Radios battent leur record de PDA"

Mercredi 19 Novembre 2014

Jean-Eric Valli, président des Indés Radios, revient sur les résultats Médiamétrie qui placent une nouvelle fois le groupement en tant que première offre radio nationale. En outre, le groupement signe parallèlement la meilleure part d'audience de son histoire.


LLP - Les Indés Radios atteignent 15.9% d'audience cumulée aujourd'hui, quels sont les éléments forts de cette vague Médiamétrie ?
JEV -
Cela représente 8.4 millions d'auditeurs quotidiens. Surtout, la part d'audience atteint les 12.1% de part d'audience, c'est la plus forte part d'audience qu'on n'ait jamais eu, et dans le contexte du développement d'internet, plutôt vectrice de courtes écoutes, c'est très significatif. Notre durée d'écoute atteint 1h45 !
 

LLP - Quel est la part de l'écoute venant de l'application des Indés Radios justement ?
JEV - Je n'ai pas de détail, nous connaissons seulement le chiffre de 12.5% de l'écoute venant du digital publié par le CSA, toutes radios confondues. Sur notre appli smartphone, sur les 1.5 millions de téléchargements, nous avons 300.000 connexions chaque mois.

LLP - Qu'est ce qui différencie l'audience des Indés Radios des autres offres nationales ?
JEV - Notre coeur de cible sont les 25/49 ans où notre taux de pénétration atteint les 23.2%, en position de leader. Notre forte part d'audience s'explique par nos contenus et notre proximité. D'autre part, la force et la stabilité de notre audience s'explique par la différenciation de notre offre dans chaque région, notamment sur la musique : si un titre ne plaît pas à Lille, nos radios sur place ne le programmeront pas, une spécialisation que ne peuvent pas faire les réseaux nationaux. Nous avons donc une très grande réactivité aux goûts du terrain, c'est ça aussi la proximité.

LLP - Quel sera le bilan des revenus publicitaires des Indés Radios pour 2014 ?
JEV - Il devrait être stable, voire légèrement en hausse. Chez nos compétiteurs, il sera sans doute en baisse sur leurs activités radios, hormis peut-être NextRadioTV. Nous bénéficions de la force de frappe de la régie de TF1 qui résiste bien aux périodes baissières, sans pour autant saturer nos programmes en publicité, nous sommes davantage dans la rareté... et ce qui est rare est cher !

LLP - Quels sont les axes de développement pour les Indés Radios ?
JEV - Deux axes de développement : premièrement, l'extension des supports de diffusion de notre appli. Cette dernière va par exemple arriver sur la Xbox 360 prochainement. Et deuxièmement, la Radio Numérique Terrestre, le seul mode de diffusion permettant de diffuser en masse du son numérique avec des données associées.

LLP - Attendez-vous avec impatience le rapport du CSA sur le lancement de la RNT ?
JEV - Pas vraiment, il n'a pas d'intérêt. Pourquoi ce rapport seulement 6 mois après le lancement de la RNT ? C'est trop tôt. Le CSA devrait plutôt s'occuper de lancer les appels à candidatures sur de nouvelles zones tels que la loi l'exige. De nombreux opérateurs souhaitent investir dans une technologie qui est disponible sur une ressource qui est disponible aussi. Libre à ceux qui n'y croient pas de ne pas postuler, mais pourquoi bloquer les personnes qui souhaitent se lancer dans cette aventure ? Diffuser sur une zone revient à 300 euros par mois, cela correspond à un petit budget de R&D (recherche et développement, NDLR) pour une entreprise, pourquoi les en empêcher ?

Olivier Oddou
Olivier Oddou est le co-fondateur et directeur du site SchooP.fr qui retrace 35 ans d'histoire de... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 2 Décembre 2014 - 09:00 France Info s'intéresse à la 126 000

septembre-octobre 2016 | avril-juin 2016 | janvier-mars 2016 | novembre-décembre 2015 | septembre-octobre 2015 | avril-juin 2015 | janvier-mars 2015 | novembre-décembre 2014 | septembre-octobre 2014 | avril-juin 2014 | janvier-mars 2014 | Novembre-décembre 2013 | septembre-octobre 2013 | avril-juin 2013 | janvier-mars 2013 | novembre-décembre 2012 | septembre-octobre 2012


Le chiffre

6.7

Pour 2017, conformément au Contrat d’Objectifs et de Moyens (COM) 2015-2019, le budget de Radio France est construit sur 682.9 M€ en ressources et 689.6 M€ en charges. Il prévoit un déficit de 6.7 M€, inférieur de 9.8 M€ par rapport au budget 2016.












Radio Scoop (@RadioSCOOPOff) en direct du Stade Geoffroy Guichard. https://t.co/0aqjKw3E81
Mardi 21 Février - 08:20
Les grands tubes du cinéma sur Allzic Radio (@AllzicRadio) avec une webradio dédiée. https://t.co/3iQIXTIG76
Mardi 21 Février - 08:01
Le adblocker est très apprécié par les internautes (@TNS_Sofres). https://t.co/9tPABYlrB1
Mardi 21 Février - 07:51




Le Magazine

#86 - Magazine La Lettre Pro N°86

DOSSIER Spécial - Angleterre  €

Louise Ekland : la plus française des British !  €

Alex Taylor : made in France  €

My RNT is rich  €

Le podcast, l’autre avenir de la radio ?  €

Les coulisses de l’Appel du 18 juin  €

Dix temps forts au Salon de la Radio  €

Auclair sait tout faire  €

La production publicitaire radio en Angleterre  €

WRS, la plus british des radios suisses  €








Le Magazine

#85 - Magazine La Lettre Pro N°85

Olivier Huart : "La radio, ce sont nos racines"  €

France Bleu Toulouse : la tentation régionale  €

Pascale Clark va mettre le BoxSons  €

Cap vers le Grand Est…  €

Quelle est la recette des émissions de Jacques Pradel ?  €

Les petites oreilles traînent partout !  €

The Voice of the Lizard résonne en Thaïlande  €

Radio Scoop mise sur le digital et les événements  €

"Les Indés Radios doivent être présents sur tous les supports"  €