Hit West s’habille pour la saison

Lundi 1 Février 2016



Ce lundi 1er février, l’équipe de Hit West met à l’antenne un nouvel habillage. Une petite révolution dans la grille puisque qu’il s’agit d’un habillage sur mesure. Celui-ci a été entièrement et exclusivement produit pour l’antenne de Hit West et a nécessité presque un an de travail… Explications.


Séance d'enregistrement vocal de l'habillage de Hit West à Paris, séance dirigée par Oliver Klenk et Jean-Michel Meschin
Séance d'enregistrement vocal de l'habillage de Hit West à Paris, séance dirigée par Oliver Klenk et Jean-Michel Meschin

"Effectivement, nous changeons l’ensemble de notre habillage. Celui-ci était à l’antenne depuis plus de deux ans" explique Yann Oger, directeur de Hit West. "Mon souhait était d’avoir un habillage personnalisé et non pas, un habillage basé ou élaboré par rapport à un package déjà existant". Après un appel d’offres, lancé il y a plus d’un an, Hit West a retenu le studio Benztown. En France, c’est Jean-Michel Meschin qui a pris en charge la production. "Nous voulions vraiment un travail très personnalisé car le problème des packages est qu’il est possible de les entendre sur plusieurs radios en même temps. Le nôtre est donc unique  : une musique et des jingles que l’on ne retrouve nulle part ailleurs. Un habillage original car tout a été crée de A à Z".

Être attentif aux détails

La réunion de préproduction dans le studio Soniic Design avec (de gauche à droite) Oliver Klenk, Jean-Michel Meschin, Raphaël Dauce et Dominique Lemonnier
La réunion de préproduction dans le studio Soniic Design avec (de gauche à droite) Oliver Klenk, Jean-Michel Meschin, Raphaël Dauce et Dominique Lemonnier
Le choix de Hit West s’est donc porté sur Benztown, studio implanté historiquement à Stuttgart en Allemagne et qui attaque le marché français (lire ICI)  : "je connaissais déjà Benztown grâce à Jean-Michel Meschin que j’avais rencontré au Salon de la Radio à Paris. J’avais beaucoup aimé son travail. L’appel d’offres a permis de jauger les productions de trois studios. Benztown était bien moins marqueté que les deux autres avec notamment une attention particulière portée sur les détails. Et personnellement, je suis très attentif aux détails. L’ensemble est de très belle facture. Et le résultat, c’est une fierté, repose sur un travail collectif".
Regardez l'excellent film des coulisses de cet habillage réalisé par Tommy Pascal (8-43 Productions)

Favoriser la mémorisation

L’habillage est mis à l’antenne ce lundi dans un objectif très précis : "je veux que les auditeurs sachent où ils sont quant ils écoutent Hit West et sans qu’on ait besoin de le leur dire à l’antenne. Pour moi, l’habillage demeure une arme de fidélisation et de mémorisation. C’est d’autant plus vrai si la production est unique".
Ça coûte combien ? "Ecoutez… Si vous ramenez le prix global sur 3 saisons, ce n’est pas beaucoup plus onéreux qu’un package".

Trois questions à… Jean-Michel Meschin

LLP - Qu’est ce qui caractérise le nouvel habillage de HitWest?
JMM -
Je dirais que c’est un habillage moderne, riche, exaltant, addictif. Moderne, car nous avons puisé nos idées dans les productions les plus créatives et abouties du moment. Un son pop avec de vrais instruments comme des pianos ou des guitares soutenus par des beats et des basses profondes.

La variété des styles du package le rend riche, ainsi que la qualité de production de Benztown, qui est à la hauteur de celle de tous les hits actuels. Exaltant, car il est positif et entrainant, il s’inscrit d'ailleurs dans ce qui constitue l’ADN du son Hit West. Enfin, il va devenir addictif pour les auditeurs de la station car les mélodies vocales des jingles sont hyper mémorisables. Nous avons  essayé d'aborder chaque jingle comme on élabore un hit, avec des mélodies ou des gimmicks imparables.

Oliver Klenk, le compositeur et producteur de Benztow
Oliver Klenk, le compositeur et producteur de Benztow
LLP - Comment avez-vous travaillé de l’idée de départ à la livraison ?
JMM -
Tout a commencé lors d’un rencontre avec Yann Oger sur le Radio 2014. Doit-on dire que c’est aussi grâce au Salon de la Radio. Il connaissait mon travail, et dès le départ il avait une vision assez précise de là où il voulait emmener le son de Hit West. Le son se décrit très difficilement avec des mots, il faut donc passer par de nombreux échanges pour transformer une discussion ou des sensations en brief pour des compositeurs ou des producteurs. C’est là que j’interviens. Nous avons commencé par organiser un appel d’offres avec un brief très précis. Les studios les plus créatifs y ont participé et au final c’est Benztown qui l’a emporté. Ensuite, c’est une histoire de confiance et de plaisir. Nous avons continué à échanger avec Yann et Dominique Lemonnier (Directeur des programmes) qui est un vrai maniaque du détail, mais je dirai que le plaisir vient du fait que nous sommes tous à différents niveaux des maniaques du détail, dans la définition d’un son, d’un ressenti musical, ou dans la recherche d’efficacité. Benztown sait également interpréter avec précision nos intentions. Le process de production reste le même pour chaque création de jingles chantés  personnalisés. Pour celui ci, Il y a eu une première période de composition des bases musicales à Stuttgart, une phase de composition des  mélodies vocales dans mon studio dans le perche, une session d’enregistrement de chanteurs à Paris, des guitares additionnelles à Los Angeles, et une finalisation dans les studios d’hitWest à Nantes avec un producteur maison hyper talentueux, Raphael Daucé. On peut dire que c’est un habillage qui a voyagé.. Encore merci à Yann Oger pour sa confiance et sa vision, le résultat est top.

Dominique Lemonnier est le directeur des programmes de Hit West
Dominique Lemonnier est le directeur des programmes de Hit West
LLP - Cet habillage est-il évolutif dans le temps ?
JMM -
L’abondance des nouvelles productions est telle que les auditeurs se sont habitués à un renouvellement toujours plus rapide des sonorités.  L’idée d’habillage évolutif est aujourd’hui une nécessité. Une marque sonore ne doit pas changer ses fondements mais ses déclinaisons doivent être en perpétuel mouvement. Nous construisons avec les studios une une architecture sonore solide, mais les producteurs  des stations doivent s’en emparer et avoir accès aux éléments qui la composent pour les faire vivre au quotidien. Travailler en confiance avec des équipes est un grand avantage, car il permet la souplesse. Dans les diverses collaborations avec Benztown, nous avons mis au point un système de livraison des packs. Ils livrent non seulement les Masters stéréo, mais aussi des sessions stems protools.

Raphaël Dauce est le producteur son de Hit West. Il adapte les éléments d'habillage au quotidien
Raphaël Dauce est le producteur son de Hit West. Il adapte les éléments d'habillage au quotidien
LLP - De quoi s’agit-il ?
JMM -
Une session Stem est un multi-pistes simplifié qui permet aux producteurs des stations d’avoir les pistes séparées de chaque jingle et de pouvoir le remixer à l’infini. C’est un outil de rêve ludique et créatif qui ne dénature pas l’identité sonore de la station mais qui l’amplifie au plus haut point.

LLP - Travaillez-vous actuellement sur de nouvelles productions?
JMM -
Je retourne de mon coté dans très peu de temps en Russie pour initier la production de nouveaux jingles pour le flux musical et le Morning show d’Europa Plus.

Voici un autre aspect de l’habillage qui me parait peu développé en France et dans le monde en général. Les Mornings shows sont trop importants pour que leurs jingles soient produits à la légère. Nous avons réussi la bas à donner une puissance à l'émission qui la distingue du reste de l’antenne mais qui s’intègre de manière ultra harmonieuse à l’identité sonore de la  station. Voila maintenant 6 ans que je suis consultant pour cette radio qui a une envergure inégalée. C’est un sentiment assez singulier que d’entretenir un lien invisible, à distance, avec 11 millions d’auditeurs fidèles au quotidien. Il y a aussi une formidable équipe à laquelle je suis très attaché.


Frederic Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par JAMES brigitte le 02/02/2016 10:10
Ce n'est pas vraiment un nouvel habillage qui fait écouter ou pas une radio. L'habillage est bon mais les animateurs font tout. s'ils sont bons dans leur émission, ça marche. S'ils sont mauvais parce que l'émission n'est pas faite pour eux, ça ne marche pas. C'est ce qui fait que les auditeurs accrochent ou pas à une radio.

2.Posté par Vos lecteurs le 12/03/2016 13:18
Vous devriez modifier l'encart "dernière minute" en haut :
parfois le texte est sur une ligne, parfois sur 2 lignes, du coup, quand on lit, c'est tout le texte de la page en dessous qui saute sans cesse.
Il faut fixer la taille de l'encart sur 2 lignes pour que ça ne bouge plus.
Sinon, c'est vraiment très très chiant.

3.Posté par Philippe CHAPOT le 12/03/2016 14:17
philippechapot
Bonjour,

Nous venons de faire la modification. Le bandeau n gênera plus désormais.

Merci pour votre remarque.

Cordialement,

Philippe

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 11:10 Prix ON'R Brandy 2017 : c'est parti !

Vendredi 9 Décembre 2016 - 09:24 Live à Fip en direct de Marseille