Grève à France Bleu : la réaction de Claude Perrier

Mercredi 5 Février 2014



EXCLU - Alors que le SNJ Radio France et la CGT ont appelé à une grève ce jeudi à France Bleu, Claude Perrier le directeur général du réseau France Bleu a accepté de répondre aux questions de La Lettre Pro de la Radio. Dans cet entretien, Claude Perrier indique respecter "pleinement le droit de grève" mais aussi "le financement et les effectifs de ce réseau".


Claude Perrier le directeur de France Bleu © Robert Poulain
Claude Perrier le directeur de France Bleu © Robert Poulain

LLP - Le SNJ Radio France juge la nouvelle grille "inapplicable en l’état". Est-ce déjà la fin de ce qu’on appelle la "Réforme Perrier" ?

CP - Il n’y a pas de réforme, mais une évolution qui s’inscrit dans la continuité d’un plan d’action engagé en 2008.
Le travail entamé depuis plusieurs mois,  a consisté à réunir en août l’ensemble des 150 cadres du réseau. A  l’issue de 8 réunions organisées à Paris et 7 en régions, nous avons défini ensemble un avenir partagé.
L’évolution de cette stratégie (rythmique des titres, interactivité) étant différente dans les grandes agglomérations que dans les zones rurales, l’objectif n’est pas de faire la même chose à Lille qu’à Guéret, par exemple. Cette stratégie a vocation de s’appliquer à tout le réseau, chaque fois que cela est possible. Aujourd’hui, chaque rédacteur en chef et directeur travaille en concertation avec leurs équipes pour être dans la continuité ou non de ce plan d’action.

LLP - Le nombre de journalistes varie de 6 à 13 dans les stations. Pensez-vous pouvoir allouer des postes supplémentaires aux "petites" rédactions ?

CP - L’histoire fait qu’à France Bleu, depuis plus de 30 ans, les effectifs sont différents d’une station à une autre. Selon les zones de service, et en particulier sur les grandes agglomérations, une rédaction à 6 journalistes est effectivement insuffisante. Néanmoins, étant garant du budget qui est allouée à France Bleu, je dois aussi respecter le financement et les effectifs de ce réseau, et nous ne pouvons nous réclamer d’une uniformisation, cela serait contraire à la spécificité de notre réseau.
Fort d’une rédaction de 350 journalistes, je souhaite rappeler tout mon attachement pour le travail effectué sur le terrain : reportages, extérieurs, etc…

LLP - Comment réagissez-vous face à ce mouvement de grève prévu ce jeudi dans les locales ?

CP - Je respecte pleinement le droit de grève, je peux comprendre les inquiétudes. Chaque évolution amène des remises en question. Je les accepte. Toutefois,  je tiens à préciser qu’il y a deux préavis de grève différents : le premier sur une journée nationale d’action déposée par le CGT, n’ayant rien à voir avec le préavis de grève déposé par le SNJ.


Frederic Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 11:10 Prix ON'R Brandy 2017 : c'est parti !

Vendredi 9 Décembre 2016 - 09:24 Live à Fip en direct de Marseille