La Lettre Pro de la Radio & des Médias



France Bleu plus déterminée que jamais

Mercredi 19 Novembre 2014



Sur cette première vague de la saison, France Bleu a consolidé son audience à 7,4% d’audience cumulée après "un résultat exceptionnel" à 7,7% il y a un an. Ce matin, c'était aussi la première vague 126 000 pour Claude Esclatine, fraichement nommé directeur général du réseau. Un patron qui oscille entre "sérénité" et "détermination".


LLP - Comment, globalement, analysez-vous cette vague de rentrée ?
CE -
Assez sobrement en me disant que c’est le niveau d’étiage de France Bleu.
C’est son niveau de socle. C’est le niveau de résistance. Le chiffre ne me fait pas sauter au plafond mais c’est une bonne base de départ pour franchir encore une nouvelle étape en lien avec les équipes. Poursuivre notre évolution.



LLP - Quels sont les créneaux qui "performent" le plus sur France Bleu ?
CE -
Le créneau le plus satisfaisant, c’est la matinale, précisément entre 5h et 9h, Une tranche sur laquelle nous enregistrons les meilleurs résultats de France Bleu. De 5h30 à 8h30, nous sommes d’ailleurs sur le podium, derrière RTL, avec des pointes qui dépassent le million d’auditeurs. Ce sont des résultats qui me conduisent à penser que la méthode de travail que nous avons mise en place le matin peut être étendue à d’autres créneaux.

LLP - En revanche, quelles sont les tranches à surveiller et à retravailler ?
CE -
Deux tranches méritent une attention : le 14/16 d’abord. Sur ce sujet, j’ai déjà conduit de nombreuses réunions de travail pour  reprendre en mains cette tranche un peu molle et qu’il faut que l’on muscle. Ensuite, la soirée suite au départ d’Evelyne Adam. Vanessa Lambert a un nouveau style, un peu moins sage, et nous travaillons pour attirer de nouveaux auditeurs.



LLP - La proximité est-elle encore le meilleur levier d’audience pour France Bleu ?
CE -
Oui. C’est un "oui" catégorique. Et puis, j’ajouterai le mot "populaire" au sens noble du terme. S’adresser à un public populaire nous permet de nous démarquer des autres stations. C’est important. C’est en quelque sorte un champ à labourer du jour. Nous devons même l’amplifier car c’est la marque de fabrique de France Bleu.

LLP - Ce matin, c’était votre première 126 000 à la tête du réseau France Bleu. Comment l’avez-vous vécue ?
CE - Je n’ai plus l’âge d’avoir la pression. J’ajouterai que j’ai vécu ce moment avec sérénité…  Mais également avec détermination.


Frederic Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 2 Décembre 2014 - 09:00 France Info s'intéresse à la 126 000