Flashback en 2012 - L’interactivité : l’envers du décor

La Lettre Pro de la Radio n°24 du 21 septembre 2012

Jeudi 7 Août 2014




La commission de réflexion sur l’évolution des programmes du CSA vient de publier une étude particulièrement intéressante sur l’interactivité en radio. Qu’il s’agisse des musicales ou des généralistes, la relation avec l’auditeur n’a jamais été aussi forte. Aussi forte que la crainte d’un dérapage à l’antenne…


Quel professionnel n’a jamais redouté un dérapage d’un auditeur à l’antenne ? Rares sont ceux qui avoueraient le contraire. Nombreux sont ceux qui appréhendent en coulisses l’onde de choc que provoquerait des propos d’un auditeur ou pire d’un animateur. Cadenasser l’auditeur (le contenu de ses propos) avant son passage à l’antenne, serait ainsi devenu plus essentiel que son passage en direct...  Avant, pendant et après son intervention, les dispositifs de maîtrise de l’antenne mis en place ces dernières années sont la preuve d’une réelle crainte qui émane des studios. D’autant que les risques sont plus nombreux qu’il y a quelques années : les auditeurs sont de plus en plus sollicités par les stations pour poser des questions, interagir avec le plateau et bien sûr, donner leurs avis. La succession de filtres en amont permet  donc, dans l’absolu, une bonne maîtrise de l’antenne et surtout offre des sécurités face aux éventuels dérapages.  Des dérapages qui conduisent au buzz, un buzz qui entache régulièrement les réputations des uns et des autres mais pas forcément celle de l’auditeur à l’origine de ce tohu-bohu.

Un petit clic avant une grande claque

Témoignages en direct, lus par l’animateur, postés sur une boîte vocale, sur les réseaux sociaux, votes sur internet, social newsroom… Les sources de remontée des avis des auditeurs n’ont jamais été aussi nombreuses. L’étude du CSA met en exergue un impératif auquel doivent toujours faire face les professionnels : "la valeur du témoignage". Trois dispositifs permettent d’y arriver. Primo : un dispositif organisationnel qui s’appuie sur des "règles de déontologie". Secundo : un dispositif technique qui s’articule autour du fichage de l’auditeur via de puissants logiciels comme Shaman, Screenerside ou Neoscreener afin de constituer "une base de données d’auditeurs qualifiés". Tertio : un dispositif humain qui va du standardiste à l’animateur en passant par l’assistant. Même principe une fois à l’antenne afin de proposer un témoignage "entre empathie et équilibre des points de vue". Enfin, en aval, le prolongement du débat entraîne lui aussi ses contraintes : la modération des forums (avec souvent "des commentaires beaucoup plus tranchés"),  la mise hors ligne de podcasts véhiculant parfois des propos litigieux ou l’utilisation de logiciels spécifiques pour scanner le contenu des échanges sur le site.
 

Des auditeurs black-listés

Loin d’enfoncer une porte ouverte, l’étude du CSA met également en exergue certaines obligations qui incombent dorénavant aux radios qui constituent des bases de données d’auditeurs qualifiés (recueillir le consentement et déclarer les fichiers à la CNIL). Pour les listes composées de numéros téléphoniques d’auditeurs ayant pu créer des problèmes sur l’antenne, elles doivent être créées  "avec l’objectif légitime de prémunir l’antenne de tout propos qui pourrait porter atteinte l’ordre public ou nuire aux droits des personnes".
L’interactivité est un puissant levier d’audience. Un levier d’audience qui conduit souvent les professionnels sur le sentier d’une dangereuse ligne de crête où le basculement, d’un côté comme de l’autre, reste possible à chaque instant… La charte de bonne conduite visible dans les mentions légales du site de RTL est d’ailleurs très révélatrice…
Flashback en 2012 - L’interactivité : l’envers du décor

Généralistes : les dernières mises en demeure…

Sud Radio avec  Liberté de Parole –31/08/11
RMC avec Carrément Brunet le 11/10/11
Ici et Maintenant avec Génocide par Substitution le 20/12/12


Frederic Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >