FlashBack en 2011 - 4 questions à Sébastien Lebois, directeur des programmes d’Alouette

Vendredi 9 Août 2013




L’une des grandes victoires de la saison radio 2010-2011 appartient sans conteste à Alouette, la première radio du grand Ouest. Cette radio régionale est en effet apparue (et c’est une première !) sur plusieurs vagues consécutives dans le relevé d’audience national de Médiamétrie*. Magnifique signal envoyé au marché : non, la radio n’est pas morte, surtout lorsqu’elle sait jouer la proximité ! Questions à Sébastien Lebois, un directeur des programmes forcément très souriant.


FlashBack en 2011 - 4 questions à Sébastien Lebois, directeur des programmes d’Alouette

Sébastien Lebois, deux vagues au dessus du point national pour une radio régionale… c’est du jamais vu ! C’est un succès inespéré ?

En réalité ce sont trois vagues : l’audience des deux vagues de l’hiver nous avait été annoncée par le sondage de juillet-août 2010, qui ne compte malheureusement pas dans la 126.000 de Médiamétrie. L’été 2009, Médiamétrie nous avait déjà crédités à 538.000 auditeurs par jour. En 2010 c’était 539.000. Du coup, on a décidé de prendre le risque et de souscrire au sondage pour les vagues suivantes. Alors non, ce n’était pas inespéré, mais on a quand même soufflé quand sont tombés les chiffres : 1 point d’audience nationale pour novembre-décembre, et 1.1 point pour janvier-mars.

Quelles ont été les retombées de ces audiences record pour Alouette ?

Disons qu’on s’est senti comme le petit poucet du championnat de France : nous avons reçu le même type de regards sympathiques qu’un club de DH qui se mettrait à jouer dans la cour des grands. Du côté des Indés**, certains de nos confrères étaient presque aussi contents que nous, et se sont mis à communiquer sur notre succès pour démontrer la force des radios régionales dans le paysage. Et plus directement, chez nous, les équipes ont (à juste raison) ressenti une immense fierté. Comme nos auditeurs, d’ailleurs, qui nous ont beaucoup envoyé de messages de félicitations.

Alors, quelles sont les recettes du succès ?

On essaye, à tous niveaux, de faire un vrai programme original. Il faut se battre sur tout et surtout se battre ! Côté programmation musicale, nous nous obligeons à prendre des risques. Et ce n’est pas toujours facile d’être différents avec l’appauvrissement du marché du disque. Côté infos, nous avons gardé une très grande crédibilité avec notre précédent format, très axé sur les news. Et là encore, on tâche de donner en permanence l’essentiel de l’info géné et surtout régionale : tout ce qui touche les auditeurs doit passer par nous, nos sujets doivent susciter les conversations dans les cafés ! Et pour les autres contenus, nous tâchons d’être super créatifs, notamment dans les jeux (on commence à être copiés par des nationales… C’est rageant mais c’est un bon signe). Pour finir, nous essayons d’être en permanence sur le terrain, que ce soit via nos journalistes ou nos opérations d’exposition de la marque.

La dernière vague Médiamétrie a visiblement été moins bonne… Un accident d’audience ?

Non : c’est tous les ans la même chose. La vague avril-juin fait toujours 30% d’audience en moins. 140.000 auditeurs en moins. C’est systématique, depuis 7 ou 8 saisons. Ce qui nous donne pour la moyenne annuelle 485.000 auditeurs par jour sur la 126.000. On aurait pu mieux faire… mais je suis tout de même très content !

Entretien réalisé par Jean-Charles Verhaeghe, MyConseils.fr pour LLP
 
*126.000 Médiamétrie, novembre-décembre 2010 et janvier-mars 2011
**Les Indés Radio, ex GIE des Indépendants


Jean-Charles Verhaeghe
Spécialiste des notions de proximité, Jean-Charles est journaliste, consultant et formateur chez... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Août 2013 - 08:00 Flashback en 2011 - Info Trafic