Flash FM : dans les coulisses du buzz

Mardi 7 Janvier 2014



La radio Hit & Dance de Haute-Vienne vit depuis bientôt 48 h sous les feux de la presse. Le procureur de Limoges lui a en effet envoyé un courrier pour qu’elle cadre mieux ses alertes radars. L’histoire, révélée lundi matin par le quotidien régional Le Populaire, a été reprise partout (l’AFP, Le Parisien, Le Figaro, BFM TV, LCI…). Depuis, le téléphone n’arrête plus de sonner. Comment vit-on un pareil buzz ?


Pascal Thomas (g) et Denis Surfys. Malgré son nom, Flash FM fait bien plus que de parler des radars!
Pascal Thomas (g) et Denis Surfys. Malgré son nom, Flash FM fait bien plus que de parler des radars!
"C’est complètement fou, les proportions que ça prend !" Pascal Thomas, le très cool directeur de Flash FM, est à la fois surpris et un peu inquiet. "Je n’avais aucunement l’intention de faire un coup médiatique avec cette histoire, bien au contraire. D’ailleurs, ce courrier du procureur nous est arrivé le 12 décembre, et nous avions l’intention d’y donner suite très gentiment après le rush des fêtes."
 Très gentiment parce que la tonalité du courrier n’était justement pas aussi sévère que ce qui transparaît ici ou là. "C’était plus un courrier constructif qu’un courrier d’admonestation. Le procureur nous y expliquait qu’il avait été alerté par la gendarmerie de l’échec de deux de leurs opérations… à cause de nos alertes radars. Il nous demandait si l’on pouvait trouver des solutions pour éviter ça."
 
Les opérations en question n’étaient pas des contrôles de vitesse, mais des opérations visant à interpeller des  malfrats. "C’est sur ce point que je ne suis pas tout à fait d’accord. Ce type d’alerte n’est pas donné chez nous. Nous le précisions systématiquement à nos auditeurs : nous ne communiquons à l’antenne que les bouchons, les contrôles de vitesse et les accidents dans un but de prévention. Nous ne communiquons pas les contrôles d’alcoolémie, et nous demandons systématiquement à nos auditeurs de nous préciser s’il ont vu, ou pas des jumelles ou un radar."

"off the record"

Ce process millimétré avec les forces de l’ordre (même si un peu canaille) est indispensable pour cette radio qui fait chaque jour un gros travail de terrain, notamment en organisant quotidiennement la tournée des faits divers. Les localiers savent qu’il faut savoir préserver un "off the record" si l’on veut obtenir des informations.
Mais au hasard d’une conversation entre confrères, l’info a finalement filtré, et le Popu (quotidien régional) a tenu à en faire un papier. Bien plus costaud que ce qu’imaginaient Pascal et Denis (journaliste et matinalier de la radio) : en Une, et  avec une demi-page en Région.
"Depuis, le téléphone n’arrête plus de sonner », explique Pascal. "L’info a été reprise par l’AFP, on l’a vue dans le Figaro, le Parisien, sur TV5 Monde, la Charente Libre, l’Express, Europe 1, La Montagne, Midi Libre, Morandini.com, le JDD, 20 Minutes… Et elle s’est répandue comme une trainée de poudre sur les réseaux sociaux."

Les auditeurs se mobilisent

Les réactions des auditeurs ont été spectaculaires : la radio a instantanément reçu des appels de soutien, qui continuent d’affluer. "Et puis maintenant, je reçois des demandes d’interview. J’ai ainsi été interviewé par BFM TV, par LCI et par une radio Suisse, à Fribourg. Là bas, la loi interdit précisément ce type d’info à l’antenne."
Alors, comment vit-on tout ça lorsqu’on est au cœur du buzz ? "Je ne vais pas me plaindre de cette mobilisation autour de la radio. Mais je voudrais tout de même jouer l’apaisement. Juste rappeler que je veux travailler en bonne intelligence avec le terrain, et avec les forces de l’ordre, en continuant de rendre service à mes auditeurs." Et visiblement, les gendarmes et le procureur sont sur la même longueur d’ondes.
Rappelons tout de même que de leur côté, les policiers de Limoges ne reprochent rien à la radio, au contraire. En 2012, Flash FM avait déjà fait là une de la presse grâce à ses alertes auditeur. Cette année là, en signalant un homme et un petit garçon circulant à pied au bord de l’autoroute, les auditeurs ont permis à la police d’interpeller un pédophile, depuis condamné à 30 ans de prison.


Jean-Charles Verhaeghe
Spécialiste des notions de proximité, Jean-Charles est journaliste, consultant et formateur chez... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 09:00 Euradionantes se développe en RNT