État des lieux des radios bretonnes

Lundi 14 Décembre 2015



"Établir un diagnostic pour mieux travailler ensemble". Voilà un état des lieux très intéressant qui vient d'être publié par la Coordination des radios locales et associatives de Bretagne. Une occasion de découvrir le paysage des radios associatives bretonnes : divers et dense avec des radios implantées sur tout le territoire, en zone urbaine comme en zone rurale : 35 radios pour 59 fréquences.


"Pour mieux travailler ensemble, il nous paraissait nécessaire de nous doter d’outils comme celui-ci pour mieux évaluer, année après année, leurs forces, leurs faiblesses et leurs évolutions" explique Sylvain Deleau, Président de la CORLAB (Coordination des radios locales et associatives de Bretagne).
"Leur force, c’est d’abord leur nombre, 35 radios associatives en Bretagne, bientôt 36, et leur grande diversité : radios rurales, urbaines, musicales, en langues bretonnes, confessionnelles, laïques, ou encore universitaires. Leur faiblesse, c’est leur modèle économique et plus particulièrement leur grande dépendance à l’égard des financements publics (plus de 70% de nos budgets)" souligne le Président.
"Face à la mutation très forte et très rapide du paysage médiatique français, nous sentons tous que nous sommes à un tournant. Plus que jamais, nos radios ont un rôle clé à jouer dans la « communication sociale de proximité » souhaitée par le législateur, en proposant des contenus alternatifs. Pour nous, la réponse à ces évolutions fortes et rapides passera d’abord pas une ré-interrogation de nos valeurs et de nos projets associatifs, mais également du projet collectif de la CORLAB".
Et, grâce à cet état des lieux de la radio associative en Bretagne, la Coordination des radios locales et associatives de Bretagne s'interroge sur son rôle à jouer jouer demain sur les territoires, sur la modernisation de ses moyens de diffusion de ses programmes ou encore sur sa place dans ce que l’on appelle aujourd’hui l’éducation aux médias et à la citoyenneté : "Face à toutes ces questions, nous nous inscrivons dans les valeurs et dans la démarche de l’Economie Sociale et Solidaire" réplique Sylvain Delfeau.
"Innovation, coopération, mutualisation, solidarité et transversalité sont pour la CORLAB les termes clés d’un travail collectif indispensable pour assurer la pérennité de nos radios, tout en respectant les spécificités de chacun" conclut Sylvain Delfau.

En 2014, le produit total des radios en Bretagne est de 4 226 593 € Si l’on tient compte des aides à l’emploi, les financements publics représentent 72% de leurs ressources, soit 3 036 597 €. Seules 14 radios sur les 35 vendent des espaces publicitaires à caractère commercial et seulement 6 d’entre elles ont un volume de ventes significatif (plus de 5 000 € / an).
Enfin, 20 radios sur 35 vendent et diffusent des Message d’Intérêt Général / Collectif (MIC/MIG) mais là encore seulement 6 d’entre elles ont un volume de ventes significatif (plus de 5 000 € / an).

Avec 4 salariés en moyenne par radio, les radios associatives en Bretagne sont de plus en plus professionnelles. Seules 6 d’entre elles ne comptent qu’un salarié en 2014. De manière générale, la première embauche est celle d’un animateur. Souvent animateur /technicien, il constitue le noyau dur des salariés des radios, soit 51 salariés sur 128. 80% des personnes employées sont en CDI. Les personnes embauchées en CDD sont pour presque la moitié d’entre elles en emplois aidés (CAE/CUI).
Les salaires représentent 65% du budget des radios.

Parmi les salariés la répartition homme / femme est relativement équilibrée (75 hommes / 54 femmes). Deux éléments sont à noter : sur les 19 postes de direction existants, seuls 4 sont occupés par des femmes (2 directrices, 2 coordinatrices) et sur 35 radios, 4 sont présidées par des femmes.

L’État, via le Fonds de Soutien à l’Expression Radiophonique (FSER), est le premier financeur des radios associatives.
En 2014, les radios bretonnes ont reçu 1 594 739 € du FSER, soit 46 904 € en moyenne par radio. Si l’on ne tient pas compte des subventions spécifiques accordées aux radios pour la création de programmes en langues bretonnes (19%), les communes sont le second financeur public des radios en Bretagne, soit 226 292 € versés en 2014.
Sur les 4 départements, les communes d’Ille-et-Vilaine sont les plus généreuses avec 11 110 € versés en moyenne par radio.

L'étude complète est disponible ICI


Frederic Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Gael Squiban le 14/12/2015 09:41
Le soucis de la radio en Bretagne, c'est que nous n'avons pas de vrai média libre. Quand on regarde notre paysage radio, nous observons une multitude de réseau nationaux (dans mon poste 3 fois NRJ, 2 fois Skyrock, 2 fois fun, plus Europe 1, RTL2, Radio France, RFM,.....)
Les radios dites locales sont soit associatives, soit commerciales mais avec un programme très parisiens, propre et léché à tendance RFM.
La seule formation locale pour nos jeunes est à Nantes (HitWest) qui n'a de breton que la géographie.
Tant que les radios seront soumises aux choix du CSA pour les fréquences, une radio professionnelle d'intérêt bretonne pour les bretons ne restera qu'un rêve.
L'attribution de fréquence devraient être gérée en région et non pas sur le niveau nationale ou les intérêts du programme le plus lisse possible passent largement avant un média reflet d'une volonté de la population.

Cordialement

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 11:48 Radio France partenaire historique du Téléthon

Samedi 3 Décembre 2016 - 09:39 Les radios se mobilisent pour le handicap