[EN DIRECT] L'avenir de la radio discuté au Sénat

Mercredi 13 Mai 2015



Ce mercredi 13 mai, la commission de la Culture, de l'éducation et de la communication du Sénat organisait une table ronde sur la radio. "Une table ronde représentative du paysage radiophonique avec le secteur privé, public et associatif" a indiqué la présidente Catherine Morin-Desailly, avant de lancer les débats où chacun a, sans surprise, défendu son bout de gras.


Ce matin, au Sénat, on conjugue la radio au futur © Serge Surpin
Ce matin, au Sénat, on conjugue la radio au futur © Serge Surpin

Ce matin au Sénat, la RNT a immédiatement catalysé l'attention. "Il n'est pas question de nier le succès d'Internet. Mais ce n'est qu'un moyen parmi d'autres pour écouter la radio. Si l'auditeur n'écoute pas la RNT, c'est tout simplement que le RNT existe seulement à Paris, Marseille et Nice. Et puis, il ignore jusqu'à l'existence même de la RNT" a souligné Patrice Gélinet, qui a défendu bec et ongles cette technologie toute la matinée.
"Le coût de diffusion en RNT est très inférieur aux coûts des Grandes Ondes et de la FM. 10 000 € par an et par zone. Partout ailleurs, la RNT progresse, lentement, c'est possible, mais elle progresse. La Norvège a même décidé de basculer de l'analogique à la RNT en 2017" a plaidé le Sage.

"Au départ, nous étions favorables à la RNT. Nous avons changé d'avis. La radio IP est écoutée par 38% des jeunes. La mutation est donc engagée. Et, nous souhaitons fortement investir dans cette technologie" a rappelé Michel Cacouault du Bureau de la Radio.
"L'Angleterre a lancé la RNT depuis 20 ans : 54% des radios continuent à émettre en FM (double diffusion). Il y a donc une grande interrogation. C'est la raison pour laquelle nous ne participerons pas à la RNT".

"Surtout ne faisons rien !" a lancé Denis Olivennes de Lagardère Active. Autrement dit, si le secteur n'est pas cassé, pas besoin de le réparer en s'inspirant d'un proverbe américain (If it is not broken, don't fix it). "Surtout ne modifions pas les équilibres financiers" : phrase lancée en direction de la possible ouverture du marché publicitaire à Radio France.
Pour la RNT : "Patrice Gélinet se trompe complètement" a indiqué Olivennes en s'appuyant sur un livre intitulé "Sociologie des décisions absurdes". "Pourquoi, diable, se lancer dans ce projet ? Un produit numérique qui au bout de 20 ans a si peu de pénétration... Il faut s'interroger. N'ajoutons pas d'investissements inutiles. Nous commettrions une erreur sur cette technologie dépassée".

Emmanuel Boutterin (SNRL), Mathieu Gallet (Radio France), Patrice Gélinet (CSA), Christopher Baldelli (RTL Group) et Denis Olivennes (Lagardère Active) © Sénat
Emmanuel Boutterin (SNRL), Mathieu Gallet (Radio France), Patrice Gélinet (CSA), Christopher Baldelli (RTL Group) et Denis Olivennes (Lagardère Active) © Sénat

La RNT ? "Une technologie obsolète"

"L'avenir de la radio ne se résume pas à la RNT" a expliqué Christopher Baldelli de RTL Group. "Mais il repose sur un équilibre très fragile. Ce dont nous avons besoin, c'est d'un cadre stable. Nous estimons que nos radios ne peuvent investir dans la RNT. Nous n'avons pas les moyens d'investir dans cette technologie obsolète". Pour être entendu, devrions-nous demander trois choses : la suppression de la publicité sur le Service Public de la radio, demander des subventions comme la presse écrite et demander la baisse des quotas ?". Bonnes questions.

Tarek Mami, Mathieu Quétel et Philippe Gault du SIRTI © Sénat
Tarek Mami, Mathieu Quétel et Philippe Gault du SIRTI © Sénat

Plus possible de se développer en FM

"Le projet de dire que rien ne doit changer ne peut pas être un projet collectif" a d'abord mis en avant Philippe Gault, président du SIRTI s'adressant, on l'aura compris, à Denis Olivennes. "La RNT est inscrite dans la Loi depuis 2006. S'il y en a qui n'y croit pas, comme en 1981, qu'ils regardent".
"Nous sommes en danger" a scandé Mathieu Quétel. "Et notamment pour les invisibles que nous sommes, nous avons besoin d'obtenir des fréquences pour engager ces mutations (...) La RNT est l'une des voies de la numérisation de la radio. Nous comptons sur vous pour que cette mutation ait lieu dans les meilleures conditions".

Pour Emmanuel Boutterin, président du Syndicat National des Radios Libres : "il n'y a plus de possibilités de se développer sur la FM. Il n'y a pas d'opposition entre IP et RNT. La RNT, c'est une adaptation de la FM qui répond mieux aux jeunes générations avec notamment des données associées. Pourquoi des acteurs de la TV ont bénéficié d'un soutien à l'occasion du passage à la TNT ?  Donc, donnons-nous les moyens de réussir cette mutation et d'aller sur cette nouvelle bande de fréquences. 101 éditeurs ont commencé. Et, ils ont du courage. Ces gens-là sont des héros. Un geste fort pour maintenir nos emplois".

Bellanger coupe la poire en deux

La solution pour Pierre Bellanger ? L'IP hertzien © Sénat
La solution pour Pierre Bellanger ? L'IP hertzien © Sénat
"Après le temps des problèmes, voici le temps des solutions" a lancé en guise de préambule et avec son style qui le caractérise, Pierre Bellanger, patron de Skyrock. "Le problème, c'est un problème de distribution. Personne n'est satisfait de sa couverture y compris le Service Public. Continuons donc avec la FM mais rendons-la égalitaire. Tout ce qui se crée aujourd'hui hors de l'lP est mort, sans espérance de vie". La Solution pour Pierre Bellanger  ? "La RNT-IP".
Bref, la RNT aquarium, non ! La RNT-IP, oui ! Et Pierre Bellanger, de couper la poire en deux : "Nous avons aujourd'hui la possibilité de marier les mondes. Nous espérons donc avoir une autorisation d'expérimentation du CSA sur la ville de Paris".
Pour autant, Skyrock a obtenu des autorisations pour diffuser en RNT mais n'a pas encore activé ses diffusions, ce qui a d'ailleurs permis ce matin un bel mais ferme échange entre Bellanger et Gélinet.

L'agnostique Mathieu Gallet n'exclut pas la RNT pour deux stations

"L'avenir de la radio ? Je vais vous en parler en terme de contenus" a débuté Mathieu Gallet, PDG de Radio France, qui préfère apparemment miser sur les programmes plutôt que sur les tuyaux. "Pour nous, cet avenir vise à préserver nos positions, voire à les renforcer. C'est une possibilité de développer nos offres et nos contenus. Le numérique doit permettre de rendre accessible, au plus grand nombre, ces contenus.  La radio, c'est mieux que l'internet, je suis d'accord avec Pierre Bellanger... Mais, nous sommes dans une société de l'image afin de pouvoir atteindre notamment un public jeune (...) Il faut renforcer le programme d'écoute et de réécoute des programmes (...) Le numérique est une bonne façon de développer nos offres notamment pour Fip et France Musique".
Plus intéressant encore, pour Fip et pour Mouv', Mathieu Gallet a même envisagé une possibilité d'une diffusion en RNT ou en RNT-IP pour augmenter les couvertures et pour qui, ces moyens de diffusion, sont aussi une autre possibilité de développement. C'est dire si les temps changent...

"Le Tout-IP est un danger"

Le Sénateur Pierre Assouline, rejetant un seul mode d'accès et privilégiant le maintien de la diversité, a rappelé ce que l'on avait pourtant vite oublié : "la loi a été votée. Soit on l'applique, soit on la supprime". Le Sénateur a même avancé que "le Tout-IP est un danger parce que ce n'est pas gratuit et parce que ce n'est pas anonyme (...) Allons vers les 20% de RNT" a-t-il souligné, seuil fatidique qui permettrait à cette technologie d'entrer dans tous les foyers.
Denis Olivennes, lui, avait déjà levé le camp depuis plusieurs minutes et le "tout va bien, ne changeons rien" le poursuivait déjà.

Revoir l'intégralité de la table ronde

ac20150513_radio_02_questions.mp3 AC20150513-radio-02-questions.mp3  (25.06 Mo)




Frederic Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Gilles RODRIGUEZ le 13/05/2015 15:26
Rodriguez
Pas besoin de lire l'article, tout est résumé dans l'introduction : "les débats où chacun a, sans surprise, défendu son bout de gras". Voilà.

2.Posté par Bernard THIERRY le 13/05/2015 19:25
radioman
Je trouve qu'il y a beaucoup de sénateurs qui s'intéressent à la radio ...

Cela dit, heureusement que certains s'occupent de la radio ... car elle en a besoin ... quant aux stratégies des grands groupes, elle est déjà bien connue. Ils ne font que s'enfoncer en tentant de lancer une nouvelle technologie ... la RNT-IP ... c'est de la RNT sur internet ... heuu... ouais ... super, mais vraiment ca marche comment ?

3.Posté par Smorabito le 15/05/2015 13:01
C'est incroyable comme beaucoup pensent que l'atteinte du seuil de 20% va faire basculer les audiences simplement parce que les industriels seront obligés de mettre des tuners RNT dans tous leurs produits (qui par la même occasion vont ainsi couter plus chers, même pour les auditeurs qui n'ont pas accès à la RNT). Alors que le vrai souci est que sans 95% de part d'audience (Radio France et les grands reseaux privés) la RNT continuera malheureusement de rester un marché de niche. Le vrai problème est l'offre de programmes et non pas l'offre de produits pour les écouter. Le jour où cette simple réalité sera claire pour tous, y compris M. Assouline, nous pourrons tous travailler ensemble pour aller dans le bon sens.

4.Posté par Serge SURPIN le 19/05/2015 01:03
l'offre de programmes de la RNT, sans être parfaite, est déjà intéressante. Il faut aussi qu'il puisse y avoir des auditeurs et pour cela des postes en vente et que cela soit mis en valeur
s.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 11:10 Prix ON'R Brandy 2017 : c'est parti !

Vendredi 9 Décembre 2016 - 09:24 Live à Fip en direct de Marseille