Des résultats stables pour les Indés Radios

Jeudi 28 Janvier 2016



Les Indés Radios annoncent un résultat publicitaire national pour 2015 de 86.6 millions d’euros (vs 85.3 millions d’euros en 2014) pour atteindre 165 millions d’euros avec la publicité locale. Ces résultats s’expliquent par les bonnes audiences sur l’année des 130 radios du Groupement (avec une moyenne de 8 616 000 d’auditeurs en 2015 versus 8 571 000 en 2014).


Des résultats qui s’expliquent également par toutes les initiatives prises par radios adhérentes avec des offres enrichies sur tous les médias : plus de 200 webradios, plus de 3 millions de fans sur Facebook et une application qui dépasse plus de 1.7 million de téléchargements.
Pour Jean-Eric Valli, président des Indés Radios : "Nous avons réussi à maintenir nos revenus en 2015 dans un contexte morose, mais de nombreux obstacles risquent de peser significativement sur le marché radio en 2016. Le marché de la publicité s’annonce difficile dans un contexte économique et règlementaire incertain avec des contraintes supplémentaires liées à l’alourdissement des quotas de musique francophone, ainsi qu’à l’évolution des règles d’accès à la publicité pour le groupe Radio France. De nombreux sujets que nous suivrons avec beaucoup d’attention et d’inquiétude en 2016".

Vigilance face à la publicité sur Radio France

Concernant la publicité à Radio France, le groupement s'interroge sur la pertinence de permettre à Radio France d'user du marché publicitaire "pour éviter d'effectuer les ajustements structurels qui s'imposent au prix d'un impact direct sur l'économie des radios privées et de leurs emplois". Le groupement ajoute que "face à la difficulté du CSA à faire respecter les règles actuelles par Radio France, il a fallu que le secteur privé agissent à plusieurs reprises devant le Tribunal de Commerce. Rien ne garantit que de nouvelles règles, principalement destinées à régulariser des pratiques illicites, soient respectées à l'avenir ... D'autant plus que le marché publicitaire radio s'annonce délicat et devrait accuser une nouvelle baisse en 2016".

Vigilance face aux évolutions des quotas

"Nous voulons soutenir les artistes français que nous accompagnons au quotidien mais venir aggraver les obligations des radios n’est pas une solution. Il nous semble essentiel d’avoir une approche globale de la problématique permettant une approche qualitative et quantitative de la production francophone, une modernisation et une adaptation du dispositif des quotas ainsi qu’une nécessaire harmonisation des règles pesant sur les radios et leurs concurrents, les plateformes en ligne de streaming sans aucune contrainte".
Enfin, les Indés Radios entendent demeurer attentifs à la préemption de fréquences radios par Radio France : "cette disposition d'un autre âge conserverait un peu de légitimité si Radio France était capable par exemple de tirer les leçons de l'échec de Mouv' en restituant ses fréquences ou d'user de cette faculté pour opérer un déploiement dans la Radio Numérique Terrestre" explique le groupement des 130 radios.


Frederic Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 11:48 Radio France partenaire historique du Téléthon

Samedi 3 Décembre 2016 - 09:39 Les radios se mobilisent pour le handicap