Coup de gueule de Gilbert Andruccioli

Jeudi 25 Septembre 2014



Gilbert Andruccioli, figure de la radio associative du Sud de la France, tape du poing sur la table. Celui qui dirige la station Agora Côte d’Azur (qui diffuse depuis peu en RNT à Nice) et qui est aussi le président de la Fédération des Radios Associatives du Sud Est (FRASE) s'en prend à la position de la Confédération Nationale des Radios Libres. Et il n'est pas tendre...


Récemment (lire ICI), la CNRA (Confédération Nationale des Radios Libres) demandait au Conseil supérieur de l'audiovisuel de stopper tout appel à candidature dans le cadre du déploiement de la RNT (Radio Numérique Terrestre).  La CNRA constatait par ailleurs que "les nouveaux projets issus de la RNT seront donc financés sur le dos des radios associatives existantes alors que ces dernières ne pourront, elles, obtenir aucun financement pour les aider à diffuser en bande III. Pire, le système existant à ce jour, non modifié, ne permet à aucune radio associative émettant déjà en FM d’obtenir de la part du FSER un financement spécifique pour émettre en RNT"

"On croit rêver"

Dans un communiqué, Gilbert Andruccioli note aujourd'hui qu'après ce constat "un syndicat professionnel conséquent se devrait de mobiliser les radios associatives pour qu’il soit mis fin à une telle situation et que les moyens soient affectés au FSER pour y remédier. Mais non ! La CNRA  demande au CSA de ne plus lancer d’appels à candidature en RNT !". Gilbert Andruccioli (qui a durant de nombreuses années oeuvré pour le SNRL) ajoute : "On croit rêver : des représentants de radios associatives qui apportent objectivement leur soutien aux groupes financiers des réseaux commerciaux !"

Une RNT gratuite et accessible à tous

"Pourquoi ne pas demander de cesser d’indemniser les chômeurs au motif que cet argent manquerait pour assurer la survie de ceux qui perçoivent le SMIC ? Et de mettre fin à la CMU pour mieux rembourser les cachets d’aspirine ? Les radios associatives savent que leur avenir est dans un paysage radiophonique pluriel porté par une radio numérique terrestre gratuite et accessible à tous. Elles savent que la bande FM n’est plus en mesure d’enrichir l’offre de programmes et n’offre pas une qualité sonore équivalente à la RNT" souligne Gilbert Andruccioli.

"Les marchands de pub du Bureau de la Radio"

Cet ardent défenseur de la radio associative note que "le repli sur soi aiderait les marchands de pub du Bureau de la Radio à maintenir leurs privilèges, sans apporter quoi que ce soit de plus au FSER. Une seule solution, agir pour que la loi de 1986 soit respectée et que les fonds nécessaires soient attribués au FSER. Dire aux Sages du Conseil supérieur de l’audiovisuel de choisir l’avenir, en toute indépendance, comme l’ont fait leurs prédécesseurs".


Frederic Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 11:48 Radio France partenaire historique du Téléthon

Samedi 3 Décembre 2016 - 09:39 Les radios se mobilisent pour le handicap