Bonne année, bonne santé, bonne radio !

Tribune

Lundi 6 Janvier 2014



Et si 2014 était l’année qui marquait l’histoire de la radio ? A peine sortis des Assises organisées par le CSA le jour de la Sainte-Catherine, signe de bonheur, les responsables du secteur ont senti le souffle d’un vent nouveau. Voilà des années que l’image en écran plat et coins trop carrés semblait capter toutes les attentions et qu’enfin la radio aux couleurs infinies reprenait l’initiative. Il faut dire que les dossiers s’empilaient dans le silence et qu’il était temps de les ouvrir sérieusement. Victoire.


Cet article est disponible dans le Magazine La Lettre Pro de la Radio n°51.

Pour la nouvelle année, nous publions intégralement et de manière exceptionnelle la tribune de Frank Lanoux.

Si vous désirez recevoir chaque mois le magazine papier (20 pages) de la Lettre Pro de la Radio et son contenu exclusif, cliquez ICI pour les différents tarifs d'abonnement (Asso, privée, étranger...).

­­Autre dossier : la numérisation. Tout est numérique aujourd’hui sauf la radio ! Elle a pu passer au travers car depuis 60 ans elle en a toutes les vertus, la gratuité, la dématérialisation et la mobilité. Tout ce qui fait la norme d’aujourd’hui, la radio l’intégrait depuis des années. Pas facile d’être à ce rendez-vous et finalement pas utile.

En 20 ans, si les étapes ont été nombreuses et les avortements successifs, la radio numérique est devenue une réalité en s’évitant la grande porte pour passer, comme souvent, par la fenêtre. La radio sait maintenant compter sur l’ordinateur, le téléphone mobile, le téléviseur, le baladeur multimédia ou la tablette.
Plus globalement, le numérique a imposé à la radio un rythme encore plus serré. On peut se passer des radios musicales pour se diffuser en boucle son tube préféré et l’alerte reçue sur son portable est maintenant plus rapide que le flash de France Info.
Finalement, tous les Français ont maintenant un transistor dans la poche. C’est une chance historique incroyable. Une victoire.
Conséquence : aujourd’hui, Médiamétrie y trouve là 12,1% du volume d'écoute du média ; 1,5 point de progression en un an. Sur les moins de 25 ans, c’est un tiers de l’audience qui passe ainsi en numérique. Victoire encore.

Et voilà un autre dossier : l’audience. Pour l’outil de mesure, la radio doit toujours compter sur un système mis en place il y a près de trente ans. Dingue. Ça a été relifté régulièrement bien sûr, entretenu avec soin par quelques gardiens du temple qui veillent à ne pas changer d’indice pour conserver l’historique. Reconnaissons-en les vertus.
Mais admettons dans le même temps que les médias ont un devoir d’anticipation. La vitesse lumière qui éclaire aujourd’hui notre secteur doit nous pousser à obtenir des réponses rapides, des données plus fines, des indices comparables. A l’évidence, notre quart d’heure est un peu gros, nos trimestres un peu longs et nos intervalles de confiance sont de bien trop lourdes marges d’erreurs. A espérer protéger des parts de marché publicitaire, on endort les parts d’audience sans s’interroger sur l’aide donnée à la prise de décision. Si les éditeurs doivent toujours se contenter de ces indices pour travailler, il ne faudrait pas que les annonceurs s’en désintéressent pour privilégier la vitesse et l’efficacité d’outils plus contemporains. Vive l’expérimentation de l’audimétrie portée. Victoire.

Dossier suivant : on va aussi reconsidérer les zones de diffusion des grands groupes et peut-être même rechercher de nouvelles fréquences. Sur ce point, je propose qu’on resserre les rangs au-dessus de 104 Mhz. 300 kilos suffisent amplement entre deux stations et si ce travail est impossible sur toute la bande, il doit être envisageable à son extrémité. Victoire possible.

2014 annonce une nouvelle ère. Je parie sur elle en tout cas. Car on peut aussi appréhender le dialogue à venir dans quelques dizaines d’années :


— Dis, Papy, tu faisais quoi comme travail ?

— Eh bien je travaillais à la radio.

— C’est quoi la radio ?

— Bah, c’est comme la télévision, sauf qu’il n’y avait pas d’images.

— Et c’était quoi la télévision ?


Frank Lanoux •



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).