La Lettre Pro de la Radio & des Médias



Belgique : le CSA constate une diminution des griefs contre les radios

Mercredi 26 Juillet 2017



Le Conseil supérieur de l’audiovisuel remet ses avis annuels sur le respect des obligations des radios privées pour l’année 2016. Ces avis offrent un premier baromètre non pas sur le secteur dans son ensemble, mais pour chacune des radios.


Cette première analyse pointe quatre griefs à l’encontre de certaines radios. Trois griefs relatifs au non-respect de l’obligation en matière de promotion culturelle et un grief portant sur le non-respect de l’obligation en matière de quota de diffusion de musique chantée sur des textes en français. En 2015, le CSA relevait neuf griefs dans le chef des radios privées, il observe donc, pour 2016, une amélioration dans le respect des obligations et engagements des radios. Les avis annuels se réfèrent à un contrôle entrepris par les services du CSA sur le respect des obligations imposées au secteur, mais aussi des engagements pris par les radios et sur base desquels elles ont été autorisées à émettre sur la bande FM.


Ces obligations ont pour objectif premier d’offrir aux auditeurs une diversité de programmes en FM, de garantir la production propre des radios et de valoriser la culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles, notamment en instaurant des quotas liés à la langue française et à la mise en valeur des artistes de la Fédération. En soi, ces obligations se font avant tout le relais des droits des citoyens à bénéficier d’un paysage radiophonique diversifié et ancré dans la culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Les obligations qui incombent aux radios privées belges

Si elles diffusent de l’information, les radios en réseau doivent employer au moins un journaliste accrédité, reconnaitre sa société interne de journalistes lorsqu’elle est créée et toutes les radios (indépendantes comprises) doivent adhérer à l’AADJ/IADJ et disposer d’un règlement d’ordre intérieure en matière d’objectivité dans le traitement de l’information. Les radios belges doivent disposer d’une pige d’antenne et fournir les enregistrements et les conduites des programmes à la demande du CSA.

Elles doivent également assurer la promotion des évènements culturels se déroulant dans leur zone de couverture et doivent produire elles-mêmes minimum 70% de leurs programmes, ce qu’on appelle la "production propre" dans le décret sur les services de médias audiovisuels. Bien sûr, les radios doivent s’exprimer en français sur antenne et diffuser minimum 30% d’œuvres musicales chantées sur des textes en français et 4,5% d’œuvres issues de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Ces trois dernières obligations peuvent faire l’objet de dérogations.


Frédéric Brulhatour
Brulhatour est le rédacteur en chef du magazine La Lettre Pro de la Radio et le directeur associé... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >