Associatives et RNT : faut-il financer le simulcast ?

Lundi 6 Octobre 2014



La CNRA (Confédération Nationale des Radios Associatives) a récemment déclaré : "Pas de financement, pas de RNT". Pour rappel, le simulcast FM-RNT ne sera pas financé par le FSER (Fonds de Soutien à l'Expression Radiophoniques). Si les radios associatives existantes décident qu’elles doivent être diffusées en RNT, en plus de la FM, elles devront le faire par leurs propres moyens. Et là, c'est pas gagné...


L’équilibre financier des radios associatives a toujours été d'une relative instabilité. En effet, le financement par la publicité ne peut pas dépasser les 20% de son budget, chiffre rarement atteint pour la très grande majorité. Le reste du budget est parfois assumé par diverses aides locales et notamment, en grande partie, par le FSER. A cela, s'est ajoutée ces dernières années "la crise économique" qui a fait que les aides venant de collectivités locales sont généralement revues à la baisse, parfois même, "brutalement" supprimées.

La diffusion en RNT, en complément de celle la FM, est donc un luxe pour ces radios associatives à faible budget. Certes, l'investissement pour une diffusion numérique n'est pas très élevé (généralement moins de 1 000 € par mois et par zone), mais pour des radios qui jonglent systématiquement pour boucler leur fin de mois, la question d'un simulcast FM-RNT est complètement légitime.

La RNT est intéressante pour celles qui veulent conquérir de nouveaux auditeurs, sur de nouvelles zones, alors que l’on sait qu’il devient de plus en plus difficile d’obtenir de nouvelles fréquences FM. Mais là encore, cette conquête n’apporte rien du côté des financement. Sauf pour celles qui savent très bien gérer ce problème.
Le courroux de la CNRA peut se comprendre aussi par le fait que ses radios adhérentes ont souvent participé aux tests de la RNT. La plupart ne sont d'ailleurs pas contre cette évolution technologique.


D'autant que les pouvoirs publics avaient toujours annoncé que le simulcast serait financé. Rappelons-nous, un temps pas si lointain, où un ministre, Frédéric Mitterrand, annonçait que le FSER, ce fameux fonds de soutien, serait augmenté de 500 000 € afin de financer le passage au numérique... Cet engagement n’a pas été tenu.  Vous pouvez dire que ce n’est pas le seul domaine où les engagements ne sont pas tenus, mais le principe de la parole donnée et respectée par tous, même par les Gouvernements qui suivent, doit être tenu. C’est un pacte de confiance.
Et pour les radios associatives, c’est une question vitale.
À moins que l’on considère que la RNT n’ait pour but que de mettre sur le marché de nouveaux opérateurs, en attendant la fin de la diffusion en FM... C’est aussi un choix.


Serge Surpin
Journaliste spécialisé média, photographe et ancien Co-créateur de Satellifax. Gérant de SatMag.... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires ne sont publiés que pour les personnes possédant un identifiant et un mot de passe. Les commentaires anonymes sont interdits. Toute personne ne pouvant justifier de son identité réelle pourra se voir interdite de commentaire et l'accès au site refusé. Notre site étant un site en direction des professionnels, toute personne ne se considérant pas comme un professionnel de la radio ne sera pas accepté. Sont considérés comme professionnels toutes personnes salariées, bénévoles ou travaillant au sein d'une radio ou webradio ou de média (presse écrite, télévision, web, téléphonie mobile...).

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 11:48 Radio France partenaire historique du Téléthon

Samedi 3 Décembre 2016 - 09:39 Les radios se mobilisent pour le handicap